Source ID:6dfca9247d0c3534af617845c48ede11; App Source:StoryBuilder

Nouveau Guide alimentaire canadien: adieu portions, place aux proportions

DAPHNÉ CAMERON
La Presse

Le groupe alimentaire des produits laitiers et le concept des portions quotidiennes ont été éliminés de la nouvelle mouture du Guide alimentaire canadien, officiellement dévoilé aujourd'hui. Le fameux arc-en-ciel qui orientait les Canadiens dans leurs choix alimentaires depuis 1992 est désormais remplacé par l'image d'une assiette qui illustre quelle place devraient prendre les fruits et légumes, les grains entiers et les protéines aux repas.

« Il ne s'agit plus de portions, mais de proportions », a expliqué le Dr  Hasan Hutchinson, directeur général de la politique et de la promotion de la nutrition chez Santé Canada, hier, lors d'une séance d'information technique destinée aux médias.  

Comme le montre le montre ce nouvel outil visuel (voyez le document), les fruits et légumes devraient occuper la moitié de l'assiette, tandis que les sources de grains entiers et les aliments protéinés devraient respectivement garnir le quart.  

Le groupe alimentaire des produits laitiers a vu le jour en 1942 lors de la mise en place des premières directives nutritionnelles gouvernementales afin de prévenir les carences malgré le rationnement des vivres durant la guerre. Les produits laitiers, qu'Ottawa recommandait de consommer jusqu'à quatre portions par jour, sont désormais fondus parmi une foule d'aliments dans la catégorie des aliments protéinés. (Ils sont représentés dans l'assiette par un petit pot de yogourt.)

Ce changement causera inévitablement des pertes financières importantes pour l'industrie laitière, car le guide est utilisé pour préparer des centaines de milliers de repas chaque jour dans les institutions publiques comme les écoles, les hôpitaux ou les garderies.

Mangez des végétaux et buvez de l'eau

Le nouveau guide recommande de consommer les protéines d'origine végétale, comme les légumineuses, les noix, les graines, le tofu ou les boissons de soya enrichies, plus souvent que les protéines d'origines animales, comme le lait, les oeufs, la viande rouge ou la volaille.  

Les aliments qui contiennent surtout des lipides insaturés (comme l'huile d'olive, le poisson ou les noix) devraient remplacer les aliments qui contiennent surtout des lipides saturés (comme le beurre, la viande rouge ou l'huile de noix de coco). Il ne s'agit pas de réduire la teneur en lipides totaux de l'alimentation, mais plutôt de favoriser une réduction de l'apport de lipides saturés.

Autre nouveauté : l'eau devrait être la boisson de premier choix. Le jus de fruits et les laits aromatisés, qui figuraient dans la mouture précédente du guide (2007), ne sont plus à privilégier en raison de la présence de sucres libres.  

Les aliments et boissons transformés ou préparés ne devraient pas être consommés régulièrement.

Le nouveau Guide alimentaire canadien a fait couler beaucoup d'encre au cours des dernières semaines, depuis que La Presse a mis la main sur des versions préliminaires du document qui révélaient que les produits laitiers seraient largement écartés. Après des semaines de débats publics, le document final a été finalement présenté ce matin au Marché Jean-Talon par la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor.

« Aujourd'hui, trop d'entre nous doivent choisir la rapidité plutôt que la qualité et nos habitudes alimentaires en souffrent. Elles ont également souffert d'un grand nombre d'informations qui peuvent être contradictoires et porter à confusion », a-t-elle expliqué lors d'une conférence de presse où elle était flanquée par la présidente de l'Ordre professionnel des diététistes du Québec, Paule Bernier et la directrice générale des Diététistes du Canada, Nathalie Savoie.

« C'est là que le guide alimentaire canadien entre en jeu, a ajouté la ministre. Depuis plus de 75 ans, les Canadiens de partout au pays s'y fient... c'est maintenant le deuxième document gouvernement le plus téléchargé en ligne après le formulaire d'impôt ! »

L'industrie tenue à l'écart

Santé Canada insiste beaucoup sur le fait que les études financées par l'industrie agroalimentaire ont été écartées de leur processus de décision. « Nous avons élaboré nos recommandations selon des preuves scientifiques solides et rien d'autre », a martelé le Dr  Hasan Hutchinson. « Nous avons pris l'engagement de ne pas rencontrer l'industrie. Nous nous devions de garder cette distance pour empêcher les conflits d'intérêts ou l'apparence de conflits d'intérêts. Lors de la publication du Guide alimentaire 2007, il y a eu beaucoup de critiques au sujet de l'influence de l'industrie. Nous avons été stricts à cet égard, car nous voulions garder la confiance des Canadiens et des professionnels de la santé », a-t-il ajouté.  

Spécialiste sur la question de l'obésité, le Dr  Yoni Freedhoff était l'un de ces fervents critiques en 2007. « C'était certainement un document très industry friendly. En revanche, je pense que le nouveau guide fait maintenant un excellent travail d'offrir une discussion sur la nourriture et la nutrition basée sur la science », s'est-il réjoui.  

Salué par les nutritionnistes

Le gouvernement canadien s'est inspiré des guides du Brésil, de la Suède et de la Belgique pour inclure des conseils sur les comportements alimentaires dans le nouveau guide. On recommande par exemple de cuisiner plus souvent, de prendre ses repas en bonne compagnie et de rester vigilant par rapport au marketing alimentaire.  

Cette modernisation est très bien accueillie par les nutritionnistes sondés par La Presse.

« Ça me réjouit qu'il n'y ait plus le côté comptable où il faut quasiment sortir la calculatrice, ce que personne ne fait de toute façon. Moi j'aime l'idée que tu n'aies pas à te préoccuper. Si ton assiette ressemble à ça, tout va bien », a expliqué la nutritionniste Hélène Laurendeau en entrevue avec La Presse.  

« C'est vraiment bien que le concept de portions disparaisse. Notre contexte de société a tellement changé que ce n'était plus bien adapté, à mon sens, à ce dont les Canadiens ont besoin », a ajouté son confrère Bernard Lavallée. « Aujourd'hui, il n'y a plus les problèmes de carences alimentaires qui font dire qu'il faut manger un minimum de ci et un minimum de ça pour être en santé. Aujourd'hui, la majorité des gens devraient manger moins et devraient manger moins transformés. »




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Le guide alimentaire aborde de front l'alcool

    Santé

    Le guide alimentaire aborde de front l'alcool

    La décision fédérale d'utiliser le nouveau guide alimentaire canadien pour rappeler les risques liés à une consommation chronique d'alcool a d'abord... »

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer