Source ID:df7ba1650b513c519c2ebb0c431ad74b; App Source:StoryBuilder

Conférence nationale sur la thrombose à Montréal

« Seulement 15 % de la population connaît les signes... (Photo MARK MAKELA, archives The New York Times)

Agrandir

« Seulement 15 % de la population connaît les signes et les symptômes d'un caillot sanguin, soit dans la jambe ou dans un poumon », dit la directrice de la division de médecine interne à l'Université McGill.

Photo MARK MAKELA, archives The New York Times

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
JOSIANE PELOSSE
La Presse Canadienne
Montréal

Des médecins spécialistes de partout au pays sont réunis à Montréal, samedi, afin de participer à une conférence annuelle nationale sur la thrombose.

La rencontre cette année vise à établir des stratégies qui seront fournies au personnel médical et implantées notamment dans des cliniques médicales pour sensibiliser la population sur la thrombose, ses facteurs de risque et les moyens pour la prévenir, a expliqué la Dre Vicky Tagalakis, directrice de la division de médecine interne à l'Université McGill.

C'est pour souligner la Journée mondiale de la thrombose, qui se tenait le 13 octobre dernier, que l'organisme de prévention Thrombose Canada a sondé, du 19 au 23 septembre, 1008 adultes canadiens partout au pays sur leurs connaissances du phénomène.

Il en ressort que « seulement 15 % de la population connaît les signes et les symptômes d'un caillot sanguin, soit dans la jambe ou dans un poumon », selon la Dre Tagalakis.

De plus, la majorité des Canadiens sondés n'étaient pas en mesure de nommer les trois facteurs de risque les plus importants que sont la chirurgie, le cancer et les séjours à l'hôpital. Les personnes sondées étaient cependant capables de cerner les facteurs de risque les plus faibles, comme les longues périodes sans bouger ou les antécédents familiaux.

Le sondage a été mené en ligne par Environics Research. À titre comparatif, un échantillon probabiliste de même taille aurait une marge d'erreur de 3,10 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

« En tant que professionnels de la médecine, nous devons faire preuve de vigilance en perfectionnant les connaissances du public sur les thromboses afin de nous assurer qu'elles sont reconnues comme un risque pour la santé, au même titre que l'hypertension artérielle, la crise cardiaque et l'accident vasculaire cérébral », a déclaré Dre Vicky Tagalakis.

Outre des médecins spécialisés dans le domaine, d'autres professionnels de la santé assistent à la conférence, tels que des infirmières et des urgentologues, puisque les gens souffrant d'une thrombose se présentent souvent à l'urgence, a précisé la Dre Tagalakis.

Une thromboembolie veineuse survient quand une thrombose veineuse profonde dans la jambe migre vers les poumons et devient alors une embolie pulmonaire, qui peut être mortelle.

« Les thromboembolies veineuses représentent un important problème de santé publique qui touche près de 100 000 Canadiens et cause 10 000 décès chaque année », affirme Thrombose Canada sur son site internet.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer