Source ID:3de71c46-6dc8-473d-8b39-425efbc8818c; App Source:alfamedia

Des vétérinaires en détresse

Au Québec, pas moins de 15 suicides ont... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

Au Québec, pas moins de 15 suicides ont été relevés en 15 ans par l'Association des médecins vétérinaires du Québec (AMVQ).

PHOTO THINKSTOCK

Syndrome du sauveur, amour des animaux, paradoxe de l'euthanasie; le suicide chez les médecins vétérinaires est près de trois fois plus fréquent que dans la population québécoise, révèlent des données compilées par une chercheuse au doctorat de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), Anne-Sophie Cardinal.

Il ne se passe pas une année sans qu'un vétérinaire se donne la mort, soutiennent plusieurs professionnels rencontrés par La Presse. Il y a les clients à satisfaire à tout prix. Comme ce propriétaire prêt à tout pour sauver son animal de compagnie, quitte à réclamer l'acharnement. Ou l'autre qui demande l'euthanasie parce que chaton n'est plus la boule de poils rêvée.

Au Québec, pas moins de 15 suicides ont été relevés en 15 ans par l'Association des médecins vétérinaires du Québec (AMVQ). Dans tous les cas, la profession a joué un rôle de premier plan. Preuve que le sujet est tabou, les avis de décès de l'ordre vétérinaire provincial ont dû être épluchés par l'association pour en arriver à ce chiffre.

«On ne va pas se le cacher, le suicide est un réel problème», affirme le Dr Michel Carrier, doyen sortant de la faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal.

Anne-Sophie Cardinal, du département de psychologie communautaire de l'UQAM, consacre ses travaux de doctorat à la santé mentale des travailleurs du monde animal. Selon elle, l'euthanasie pèse lourd dans la balance. Elle a comparé le taux de suicide dans la population en général avec les données chez les quelque 2500 vétérinaires du Québec, entre 1987 et 2007, pour découvrir que la proportion était 2,9 fois plus élevée.

La chercheuse explique qu'il y a très peu d'études au Québec et au Canada, mais que le phénomène est bien documenté au Royaume-Uni, avec un taux de suicide quatre fois plus élevé que dans la population. Des études ont aussi été réalisées en Australie, en Norvège, aux États-Unis, avec des idéations suicidaires rapportées chez un vétérinaire sur six.

«La vocation, le stress et le syndrome du sauveur comptent pour beaucoup, mais je crois que l'euthanasie, la mise à mort, ce qu'on appelle le "caring-killing paradox", est un élément central», avance Mme Cardinal. Dans le domaine, l'expression renvoie à des professionnels formés pour guérir, et non pour mettre un terme à la vie.

Des clients mécontents

Au Canada, le plus récent sondage mené par l'Association canadienne des médecins vétérinaires a révélé que 12% (769 vétérinaires répondants sur 3879 sondés par courriel) ont déjà reçu un diagnostic médical d'épuisement. Plus sombre encore : près d'un répondant sur cinq (19%) a confié avoir déjà pensé sérieusement au suicide, tandis que 9% ont fait une tentative de suicide. Finalement, 90% des personnes vulnérables ont indiqué que la profession contribuait largement à leur état d'épuisement.

Partant de ce constat, l'AMVQ a décidé d'en savoir plus sur le «bien-être et la détresse psychologique» en questionnant ses vétérinaires l'an dernier. La démarche, menée par la gestionnaire et vétérinaire retraitée Johanne Hamel, a permis de recueillir un questionnaire complet auprès d'un vétérinaire québécois sur quatre.

Mme Hamel a d'abord cherché à savoir s'il est vrai que les vétérinaires sont en général plus épuisés que dans les autres professions. Plus d'une femme sur dix interrogée (10,8%) et 5,6% des hommes ont affirmé souffrir sérieusement de détresse. À noter que la majorité des répondants, soit 58%, pratique auprès des animaux de compagnie.

«Notre patient, c'est l'animal, mais on a aussi un client qui est le propriétaire du patient. Ça peut mener à des conflits, explique-t-elle. Si on parle des petits animaux, la facture peut être chère. C'est donc économique, émotif, et il y a le danger de l'erreur médicale», affirme Mme Hamel.

Au Québec, 300 000 euthanasies sont effectuées chaque année, selon l'AMVQ. Les causes principales : abandon, maladie, vieillesse.

Kim Langlois... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Kim Langlois

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

La Dre Kim Langlois a obtenu son doctorat en médecine vétérinaire il y a sept ans. Elle soigne chats, chiens et oiseaux exotiques à la Clinique vétérinaire Laval, un centre où des services d'urgence sont offerts sept jours sur sept. Elle a la vocation depuis son tout jeune âge. Elle est membre bénévole du conseil d'administration de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Montréal. La jeune médecin venait d'euthanasier un chien quand La Presse l'a rencontrée entre deux consultations. Elle ne s'en cache pas, elle venait de pleurer avec sa cliente.

«Dans le temps, on procédait à des euthanasies à la chaîne dans les refuges. Il y a encore des euthanasies tous les jours, on ne s'habitue pas, mais on se forge une carapace. Au moins, il est possible de refuser les euthanasies de convenance. On a des mécanismes pour essayer de trouver des solutions de rechange, on a un comité d'adoption. On travaille fort avec l'équipe pour diminuer les euthanasies.»

Comme la plupart de ses collègues, la Dre Langlois a déjà sauvé un animal de la piqûre fatale. Un client s'était présenté avec un chien husky malamute dans la force de l'âge, doux avec les enfants. L'homme réclamait l'euthanasie. Le chien avait eu le museau plein d'épines de porc-épic. Au lieu de le tuer, la médecin a choisi de l'adopter.

«Les clients jouent souvent avec nos sentiments pour les animaux, affirme-t-elle. Au début, je pleurais souvent. Il y a aussi ceux qui insinuent qu'on est là juste pour l'argent.»

La Dre Langlois relève les demandes de faveurs, les demandes de traitements gratuits. Les possibilités de poursuite.

«On doit aussi gérer les cas de maltraitance. On en voit de toutes les couleurs, par exemple des chiots lancés sur des murs, des chats avec juste la peau sur les os, on a même des cas de sodomie. On doit vivre avec le paradoxe de soigner à travers ça, le don de soi, l'épuisement par compassion. On est tellement impliqués, une niaiserie peut faire sauter notre presto.»

« On culpabilise beaucoup »

Le chien Nico souffrait le martyre. À cause d'une mauvaise blessure à la patte, il était confiné la plupart du temps à son enclos. Prolonger sa vie aurait nécessité beaucoup de ressources. La médication ne suffisait plus. Il ne restait que l'euthanasie.

À contrecoeur, la directrice du bien-être animal de la SPCA Montréal, Amélie Martel, a dû informer son équipe qu'il était temps de lui dire adieu. Dans un message aux employés transmis à La Presse par la direction du refuge, on comprend l'impact de la décision sur le personnel.

« Vous pouvez passer du temps avec lui aujourd'hui afin qu'il sorte au maximum, explique Mme Martel aux employés. Toutefois, je ne veux pas que vous alliez pleurer dans son enclos. Comprenez qu'il ne connaît pas le futur, il vit uniquement dans le moment présent. Par conséquent, nous désirons qu'il passe vraiment du bon temps, avec ses copains canins et ses humains préférés (vous !) pour sa dernière journée. »

Le nombre d'euthanasies a chuté de moitié depuis cinq ans à la SPCA Montréal. N'empêche, selon le dernier rapport rendu public, on a effectué 2528 euthanasies en 2015, en majorité des chats. Jusqu'à 16 000 animaux sont accueillis chaque année ; des bêtes abandonnées, maltraitées, négligées, perdues ou blessées.

« C'est partout pareil »

Vétérinaire et membre de la direction de l'Association médicale vétérinaire du Québec (AMVQ), le Dr Michel Pepin a mis sur pied un « comité santé et mieux-être » après avoir dénombré 15 suicides en 15 ans dans les avis de décès. Une portion du colloque annuel de l'association des vétérinaires a porté sur la détresse. En 10 ans, une centaine de vétérinaires ont utilisé le service de soutien téléphonique. La majorité du temps, les appels à l'aide concernent la dépression, l'épuisement professionnel ou le suicide, explique-t-on.

L'euthanasie n'est évidemment pas le seul facteur de détresse, mais le Dr Pepin reconnaît qu'elle pèse dans la balance. 

« Le nombre de suicides chez nos vétérinaires serait anecdotique si c'était juste au Québec, mais c'est partout pareil. On a un grand privilège de pouvoir mettre fin à des souffrances, mais on culpabilise beaucoup », explique le Dr Pepin.

Dans certaines cliniques, comme celle où pratique la docteure Kim Langlois, une salle vouée à l'euthanasie avec éclairage tamisé a été aménagée. Les clients ont l'espace pour passer un dernier moment avec leur animal. Les vétérinaires ont la possibilité de confier la procédure à un collègue.

14$ l'heure

Stéphanie Aubry pensait « donner un coup de volant » afin d'en finir avec sa vie quand elle s'est traînée chez le médecin. Elle a obtenu trois mois pour épuisement professionnel. La technicienne en santé animale a accepté de dévoiler son identité, contrairement à des vétérinaires joints par La Presse qui ont réclamé l'anonymat pour préserver leur réputation. Mme Aubry a démissionné. Elle est en congé de maternité et travaille pour une autre clinique.

« Je ne prendrai pas une retraite de technicienne en santé animale. Je vais bien, mais je n'ai pas retrouvé ma fougue. Je n'ai plus envie de gérer le réveil agressif d'un chien après une anesthésie, et les risques de morsure », raconte la jeune maman dont la carrière a commencé avec passion, dans un refuge, comme bénévole.

La technicienne d'expérience se rappelle avoir pleuré après une 11e euthanasie en 12 heures en refuge. Mais ce n'est pas ça qui lui a coûté la santé, enchaîne-t-elle. Elle parle plutôt de son ancienneté qu'on ne pouvait plus lui garantir, du jour de l'instauration d'un système « d'employé du mois », de ce nouveau vétérinaire. De ce salaire « minable » de 14 $ l'heure.

Mme Aubry fait une pause en caressant Roméo, l'un de ses chats, un autre rescapé de l'euthanasie.

« Je n'arrêtais pas de dire que ça n'allait pas bien, je cherchais de l'écoute, des solutions. Je faisais de l'insomnie, je pleurais dans l'auto, je prenais des Gravol pour dormir. J'avais des idées morbides, comme celle de me casser une jambe en glissant sur le plancher. »

Au Québec, le salaire moyen d'un médecin vétérinaire après 15 ans de pratique chez les petits animaux de compagnie est de 76 500 $, et de 130 000 $ chez les grands animaux.

« Un changement de culture à effectuer » dès l'université

Les toilettes de la faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal sont placardées d'affiches en couleur avec une main tendue pour prévenir le suicide. C'est nouveau. L'installation découle d'une consultation avec les étudiants et du déploiement, à terminer, d'un plan stratégique qui s'articule autour de 12 actions concrètes.

« Le bien-être de nos étudiants est un souci constant chez nous », a assuré le doyen sortant de la faculté, le Dr Michel Carrier, lors d'un entretien avec La Presse. 

À partir de juin, la professeure titulaire Christine Theoret sera la première femme à diriger, pour un mandat de cinq ans, les cohortes constituées en majorité d'étudiantes.

« C'est vrai que plusieurs d'entre nous ont en mémoire le suicide d'un membre de la profession. Je me rappelle un confrère de classe qui s'est enlevé la vie quelques années après la fin de nos études. Je me souviens aussi d'un étudiant d'une autre classe, c'était dans les années 80. »

À l'instar des facultés de médecine humaine, celles vouées à la santé animale ont pour tradition de retenir les candidats les plus performants sur le plan scolaire. Chaque année, environ 1000 personnes font une demande d'admission. De ce nombre, à peine 96 ont été admis cette année, soit un candidat sur dix.

« À la base, ils veulent tous performer, ce sont des performants. Par définition, ce sont donc des perfectionnistes anxieux. C'est à nous d'y voir. Personnellement, je leur dis au début de chaque année qu'ils ont traversé le goulot d'étranglement, qu'ils n'ont plus à se faire compétition. Mais, vous savez, plusieurs pensent déjà à aller chercher des spécialités aux États-Unis. » - Le Dr Michel Carrier, doyen sortant de la faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal

Afin d'équilibrer les classes, les facultés du domaine de la santé de l'Université de Montréal vont maintenant soumettre les candidats à des tests psychométriques. Un moyen qui permettra de ne pas miser seulement sur l'acquisition de connaissances, mais aussi sur la gestion des compétences, espère-t-on.

Encore récemment, le doyen de la faculté a été interpellé par une nouvelle publication du Journal of the American Veterinary Medical Association (JAVMA) décortiquant le taux de suicide chez 11 620 vétérinaires morts aux États-Unis de 1979 à 2014. Les chercheurs ont conclu que le suicide était en moyenne près de trois fois plus élevé que dans la population en général.

GESTION DU STRESS

« L'idéal, ce serait d'avoir un psychologue, comme dans certaines écoles, qui effectue des rondes dans les couloirs. Un professionnel qui aurait un bureau sur place, mais un peu à l'écart afin que les étudiants puissent le consulter sans se faire remarquer », estime M. Carrier.

À l'heure actuelle, les futurs vétérinaires ont droit à un cours sur la gestion du stress et à une série d'ateliers dépassant le cadre des actes sur l'animal, comme les relations avec les clients, comment parler d'argent, l'aspect émotif de l'euthanasie et la méditation.

La majorité des étudiants de la faculté n'ont pas connu l'échec, fait remarquer M. Carrier. « Il faut leur apprendre à relativiser, ajoute-t-il. Avoir de l'empathie, c'est une chose, prendre un fardeau sur ses épaules, c'est autre chose. Il y a un changement de culture à effectuer. Nous en sommes conscients. »




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer