Le ministre de la Santé, tout comme l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, s'exaspèrent de la lenteur avec laquelle sont déployées les ordonnances collectives dans la province. Présent au congrès de l'Ordre cet après-midi, le ministre a pressé les médecins s'agir d'ici la fin de 2017 dans ce dossier, sous peine d'intervenir.

Publié le 7 nov. 2016
Ariane Lacoursière LA PRESSE

«En ce qui concerne les ordonnances collectives, les médecins ne s'organisent pas pour que ça fonctionne. Pour qu'elles prescrivent, les infirmières doivent pouvoir voir des patients de façon autonome. Les infirmières se plaignent avec raison qu'on ne leur laisse pas assez d'occasion de pratiquer de façon suffisamment autonome (...) Les médecins doivent laisser la place», a déclaré le ministre, qui affirme que «si ça ne se fait pas, on va agir».

Selon M. Barrette, le projet de loi 20 forcera les médecins à donner plus d'autonomie aux infirmières. «Je souhaite que les changements attendues pour les ordonnances collectives se voient intensifiés d'ici 2017», a dit le ministre qui annonce que si ce n'est pas fait, il devra «réfléchir» afin de trouver de nouveaux leviers pour y arriver.

Le ministre a par ailleurs réitéré son engagement de déployer 2000 infirmières praticiennes spécialisées dans le réseau de la santé d'ici 2024. Plusieurs d'entre elles seront appelées à travailler auprès des aînés en CHSLD et en soins à domicile.