Une étude qui recommande que le salaire des médecins soit coupé de 12% est «biaisée et bâclée», a dénoncé mercredi la Fédération des médecins omnipraticiens (FMOQ).

Publié le 15 juin 2016
Martin Croteau LA PRESSE

Le syndicat qui représente 8880 médecins reproche à l'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS) de «reprendre une série d'erreurs d'interprétation de certaines données et des préjugés populistes teintés d'ignorance».

Son président, Louis Godin, accuse «certaines personnes et certains organismes» de «tourner les coins ronds» lorsqu'ils analysent la rémunération et la productivité des médecins.

«L'IRIS ajoute malheureusement sa voix à ce concert anti-médecin regrettable qui ne repose sur aucune donnée complète et incontestable», dénonce le Dr Godin.

Dans un rapport publié en matinée, le centre de recherche de gauche recommande de couper de 12% la rémunération des médecins. Il juge «difficilement justifiables» les augmentations dont ils ont profité depuis une décennie. Car leur revenu est déjà supérieur à celui de leurs confrères ontariens lorsqu'on tient compte du coût de la vie dans chaque province et des heures travaillées.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, s'est également dit en désaccord avec les recommandations de l'IRIS. Il a fait valoir que l'Institut canadien de l'information sur la Santé (ICIS) a démontré que les sommes per capita consacrées à la rémunération des médecins sont de 13% inférieures au Québec qu'en Ontario.  

«Je vois mal comment on peut dire que les médecins sont trop rémunérés, a dit M. Barrette. Ils sont au bon endroit, compte tenu de la capacité collective de payer des Québécois.»