Le ministre de la Santé, Réjean Hébert, a bon espoir que les pharmaciens reviendront à la table de négociations, puisque des échanges téléphoniques ont eu lieu, jeudi, après qu'il les eut invités à reprendre les discussions sur leurs honoraires pour certains services. Mais il ouvre maintenant la porte à ce que la date butoir du 3 septembre soit reportée.

Mis à jour le 23 août 2013
Lia Lévesque LA PRESSE CANADIENNE

Les discussions entre les deux parties ont été suspendues par l'Association québécoise des pharmaciens propriétaires, jeudi, après qu'un litige soit survenu sur l'interprétation à donner au droit des pharmaciens d'effectuer certains tests.

Les parties tentent depuis des mois de négocier les honoraires des pharmaciens qui doivent théoriquement, à compter du 3 septembre, pouvoir dispenser certains services supplémentaires, comme l'évaluation du besoin d'un médicament pour le traitement de conditions mineures ou l'évaluation du besoin d'un médicament lorsqu'aucun diagnostic n'est requis.

«On a eu des conversations téléphoniques pour qu'ils puissent revenir à la table des négociations et je crois qu'ils vont revenir aujourd'hui (vendredi). Je pense que c'est à la table des négociations qu'on va pouvoir être en mesure de discuter des enjeux et de trouver une solution pour en arriver à une entente», a commenté le ministre Hébert.

Les pharmaciens avaient menacé de faire payer les patients pour la dispensation des nouveaux services, à compter du 3 septembre, s'ils ne parvenaient pas à s'entendre avec le ministère quant à leurs honoraires.

Mais le ministre Hébert a ouvert la porte à l'idée de reporter l'entrée en vigueur de ces nouvelles dispositions si aucune entente n'est conclue entre les parties d'ici le 3 septembre.

«Si le 3 septembre est une date qui ne peut pas être rencontrée, on retardera l'entrée en vigueur. Le 3 septembre, la Terre va continuer à tourner. S'il faut retarder la date, on la retardera. L'important, c'est qu'on puisse en arriver à une entente avec l'Associatoin des pharmaciens propriétaires», a-t-il dit.