Le ministère des Transports du Québec (MTQ) affirme que les clips animés et les dessins d'artistes produits pour illustrer les différences entre l'échangeur Turcot actuel et le futur échangeur reconstruit ont été réalisés «à l'échelle», et qu'ils respectent les proportions réelles des milieux représentés.

Bruno Bisson LA PRESSE

La directrice adjointe du Bureau de projet du Complexe Turcot, Anne Pelletier, a tenu à faire cette mise au point, mercredi soir, à l'ouverture d'une séance de consultations, en réponse aux propos du professeur en urbanisme Pierre Gauthier, qui critiquait le réalisme de ces «perspectives magnifiques» sur le futur échangeur Turcot.

 

Selon Mme Pelletier, ces illustrations et simulations visuelles, accessibles au public, dans le cadre des consultations publiques en cours sur ce mégaprojet de 1,5 milliard du ministère des Transports du Québec (MTQ), ont été extraites d'une maquette virtuelle en trois dimensions, réalisée à partir des plans d'avant-projet réels et «habillés, évidemment, de façon artistique, mais tout à l'échelle».

Le professeur Gauthier a affirmé mardi, devant la commission du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), qui étudie le projet du MTQ, que, malgré sa formation en architecture et urbanisme, il lui était impossible de se représenter la géométrie ou le gabarit des infrastructures projetées, à partir de l'information disponible.

Le Ministère a aussi présenté de nouveaux plans révisés pour illustrer la distance prévue entre les nouvelles structures routières projetées par le MTQ et le centre récréatif Gadbois, fréquenté par 500 000 personnes par année.

Le conseiller municipal de l'arrondissement du Sud-Ouest, Pierre Fréchette, a dénoncé, plus tôt cette semaine, le fait que les structures de l'autoroute 15 seront rapprochées à seulement 3,5 mètres du bâtiment principal du centre après leur reconstruction.

Les plans révisés déposés au BAPE par le MTQ montrent que l'autoroute a été repoussée à 5,2 mètres du centre Gadbois.