La Ville de Montréal lance un vaste programme de réfection des arénas publics. Le comité exécutif a mis en branle le projet de 90 millions, la semaine dernière, même s'il n'a encore aucune garantie qu'Ottawa et Québec subventionneront le chantier.

Martin Croteau LA PRESSE

Le comité exécutif a approuvé une liste de 15 arénas qui verront leurs toits, leurs gradins, leurs vestiaires et leurs systèmes de réfrigération rénovés ou refaits d'ici deux ans (voir tableau). On équipera également les complexes de filets de tennis, de volleyball et de badminton, afin de les rendre accessibles l'année durant.

 

La Ville a également lancé un appel d'offres de 1,6 million pour embaucher une firme qui verra au bon déroulement du grand chantier.

Le mois dernier, les élus municipaux avaient débloqué 30 millions pour le projet. C'est donc dire que les deux tiers de la facture seront épongés par les gouvernements fédéral et provincial. Mais pour l'heure, ceux-ci n'ont pas encore confirmé leur participation.

«Notre but, c'est de montrer au fédéral et au provincial qu'on est prêts à aller de l'avant tout de suite, explique le responsable des sports et loisirs au comité exécutif, Michael Applebaum. Quelques semaines plus tard, si on a le feu vert des autres ordres de gouvernement, on est prêts à commencer.»

Pas de réponse

Parmi les mesures budgétaires visant à stimuler l'économie, le gouvernement Harper a annoncé une enveloppe de 500 millions destinée aux villes qui souhaitent rénover leurs infrastructures sportives. Pour avoir droit à leur part, les municipalités doivent lancer les travaux dès 2009 et les terminer avant le 31 mars 2011.

Montréal a expédié une demande aux fonctionnaires fédéraux, et elle n'a pas encore reçu de réponse. Mais pas question de freiner le projet, explique M. Applebaum: il faut lancer le processus le plus vite possible pour ne pas déroger aux critères fédéraux.

«Je vais faire tout ce que je peux avec le maire pour avoir notre quote-part de l'aide fédérale, a promis le conseiller. Ils ont annoncé un programme de 500 millions pour les infrastructures de sports et loisirs. On calcule qu'il y a 120 millions pour le Québec et, de cette somme, il y aurait à peu près 45 millions pour Montréal.»

La facture totale du projet est de 89,5 millions. La somme ne permettra pas de rénover chacun des 41 arénas publics gérés par Montréal. La Presse a révélé le mois dernier que ces bâtiments sont si désuets que les remettre à niveau coûterait 151 millions de dollars.

Les travaux toucheront 15 bâtiments dans autant d'arrondissements. On a donné priorité à ceux qui sont utilisés par les organismes communautaires comme des ligues de hockey pour enfants.

Une large part des sommes servira à la réfection des systèmes de réfrigération des patinoires. Trente-cinq des 41 patinoires intérieures utilisent un dispositif au fréon, un gaz qui attaque la couche d'ozone. La Ville a jusqu'à 2020 pour les remplacer afin de se conformer aux engagements internationaux du Canada.

 

Les 15 bâtiments

> Aréna Ahuntsic (Ahuntsic-Cartierville): 5,5 millions

> Aréna Chaumont (Anjou): 5,4 millions

> Aréna Doug-Harvey (CdN-NDG): 5,1 millions

> Aréna Pierre-Pete Morin (Lachine): 2,7 millions

> Aréna Jacques-Lemaire (LaSalle): 5,6 millions

> Aréna Mont-Royal (Plateau-Mont-Royal): 5,3 millions

> Centre sportif Saint-Charles (Sud-Ouest): 10,9 millions

> Aréna Raymond-Préfontaine (Mercier-Hochelaga-Maisonneuve): 5 millions

> Aréna Henri-Bourassa (Montréal-Nord): 5,4 millions

> Centre Rodrigue-Gilbert (RdP-PaT) : 8,2 millions

> Centre sportif Père-Marquette (Rosemont-La Petite-Patrie): 6,1 millions

> Aréna Martin-Brodeur (Saint-Léonard): 7,1 millions

> Auditorium de Verdun (Verdun): 6,4 millions

> Aréna Camilien-Houde (Ville-Marie): 4,7 millions

> Aréna Howie-Morenz (Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension): 6,2 millions

Total : 89,5 millions