La leader adjointe de l'opposition officielle, Agnès Maltais, a sommé le ministre du Travail, David Whissell, de choisir entre sa place dans le cabinet du premier ministre Jean Charest et ses intérêts dans une entreprise d'asphaltage qui obtient des contrats du gouvernement.

Alexandre Robillard LA PRESSE CANADIENNE

Mme Maltais a soutenu, jeudi, que la fiducie dans laquelle M. Whissell a placé ses actifs n'est rien d'autre qu'un «écran de fumée» et non pas le «pare-feu» qu'il affirme avoir mis entre lui et la compagnie ABC Rive-Nord.

Durant la période des questions, M. Whissell a déclaré qu'il avait suivi les règles édictées par le jurisconsulte de l'Assemblée nationale, Claude Bisson, pour constituer une fiducie sans droit de regard empêchant toute possibilité de conflit d'intérêts.

Le ministre a affirmé qu'aucune règle n'empêchait les députés d'être propriétaires d'une entreprise et qu'il était «souhaitable» d'avoir des hommes d'affaires parmi les parlementaires.

Un syndicat a récemment envoyé une mise en demeure pour bloquer la signature d'un contrat de déneigement entre ABC Rive-Nord et le ministère des Transports.

Le Syndicat de la fonction publique du Québec soutient qu'il aurait dû être consulté avant l'attribution du contrat, qui porte sur l'entretien hivernal de l'autoroute 50, qui passe à travers la circonscription d'Argenteuil, représentée par M. Whissell.