Pas moins de 47 députés et ministres conservateurs ont déjà posé fièrement avec des chèques géants du gouvernement fédéral signés de leur propre main ou arborant le logo du Parti conservateur.

Mis à jour le 15 oct. 2009
Fannie Olivier LA PRESSE CANADIENNE

Pourtant, les fonds annoncés ne provenaient ni du comte de banque de ces députés ni de celui du parti de Stephen Harper, mais bien de celui du gouvernement fédéral, soit du Trésor public.

Le Parti libéral du Canada (PLC) a fait le décompte de ces chèques et est venu à la conclusion qu'au moins 181 chèques gouvernementaux portant les couleurs du parti conservateur avaient été signés depuis 2007.

Les libéraux entendent donc notamment porter plainte auprès de la vérificatrice générale et d'Elections Canada, en plus d'avoir déjà interpellé la commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique, Mary Dawson.

La confusion entre les fonds gouvernementaux et partisans rappelle au député libéral David McGuinty des situations que l'on constate régulièrement dans les pays en développement, qui n'ont pas encore de structure démocratique solide.

Selon lui, si les députés, et même Stephen Harper, mettent leur nom au bas du chèque, c'est qu'ils doivent payer de leur poche les sommes allouées, peu importe le montant.

«C'est la plus grande campagne de propagande de publicité qu'on n'a jamais vu dans l'histoire du Canada», a estimé le député d'Ottawa-Sud en conférence de presse jeudi.

Plus grande encore que celle dont a découlé le scandale des commandites?

«C'est complètement différent (...). Ca, c'est une stratégie de publicité partout au Canada pour promouvoir un parti politique et un gouvernement au pouvoir», a avancé M. McGuinty.

«La raison d'être du programme des commandites n'était pas exactement pour promouvoir le Parti libéral du Canada, ni mettre le visage d'un premier ministre sur un site Web, ni promouvoir les chances d'un député individuel dans son comté», a-t-il résumé.

Au Québec

Fait à noter: tous les députés et ministres conservateurs du Québec ayant été photographiés avec des chèques géants lors d'annonces arboraient des chèques conformes aux couleurs du gouvernement et non celles de leur parti, contrairement à plusieurs de leurs collègues des autres provinces.

Denis Lebel, ministre d'Etat responsable de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, a indiqué jeudi qu'à sa «connaissance», aucun député québécois ne s'est servi de chèques arborant le logo du Parti conservateur.

«Les chèques viennent du gouvernement, je ne me présente pas devant les gens avec des chèques», a-t-il déclaré laconiquement à l'issue d'un discours prononcé à Montréal lors d'un événement organisé par l'organisme Sous-traitance industrielle Québec.

Pour le député libéral de Hull-Aylmer, Marcel Proulx, ce n'est peut-être qu'une question de temps avant que l'on ait sous la main des photos de députés québécois.

«C'est peut-être parce qu'on n'en a pas trouvé encore, c'est peut-être parce qu'ils n'en n'ont pas fait. Mais à partir du moment où il y en a dans toutes les autres provinces, (...) ce n'est pas tout à fait naïf», a-t-il déclaré.

Les ministres John Baird, Jim Prentice, Jim Flaherty, Tony Clement et Lisa Raitt figurent parmi les membres du caucus conservateur qui ont posé avec des chèques aux couleurs conservatrices. Le premier ministre Stephen Harper a d'ailleurs lui-même signé symboliquement certains de ces chèques.

Le néo-démocrate Peter Stoffer, le premier député à s'être indigné contre ces annonces partisanes, souhaite désormais que tout logo ou slogan soit désormais banni du matériel promotionnel des programmes gouvernementaux.