Bien qu'elle ait été «une tragédie» pour la jeune colonie, la bataille des plaines d'Abraham n'a pas empêché le fait français de prospérer en Amérique, a fait valoir le chef du Parti libéral du Canada, Michael Ignatieff, mardi.

Mis à jour le 17 févr. 2009
Martin Ouellet LA PRESSE CANADIENNE

En ce sens, il n'y a pas de mal à commémorer de façon «digne, sobre et respectueuse» le 250e anniversaire de la bataille l'été prochain à Québec, a-t-il dit au terme d'une rencontre avec le maire de Québec, Régis Labeaume.Mais contrairement au maire Labeaume qui avait salué avec enthousiasme le calendrier festif des activités de commémoration concoctées par la Commission des champs de bataille nationaux, le leader libéral estime qu'il n'est pas approprié de «faire la fête» en souvenir de la défaite des troupes françaises.

S'il dit ne pas «être fier» de la bataille des plaines, M. Ignatieff croit qu'il est opportun de rappeler que la colonie française est parvenue à survivre et à prospérer à travers les siècles en Amérique malgré la chute de la Nouvelle-France.

Le chef du PLC reproche par ailleurs aux souverainistes de vouloir «dominer» ce débat, alors qu'à ses yeux, il est légitime d'avoir «deux versions différentes» de l'histoire du pays.