Le biographe de Chuck Cadman a indiqué qu'il pourrait poursuivre le gouvernement conservateur pour ce qu'il appelle «une tache d'encre» sur sa réputation.

Mis à jour le 13 févr. 2009
Alexander Panetta LA PRESSE CANADIENNE

Tom Zytaruk a toutefois précisé qu'il avait besoin d'un avocat qui accepterait de travailler gratuitement, surtout s'il décide d'affronter les poches pleines du Parti conservateur.

M. Zytaruk a souligné qu'il n'avait pas les moyens financiers de poursuivre le gouvernement, mais qu'il accepterait volontiers d'être endossé ou de travailler de concert avec un avocat qui accepterait de travailler pro bono.

Le biographe canadien a dit qu'il en avait assez de voir les conservateurs salir sa réputation de la sorte. Le journaliste clame que son intégrité professionnelle et personnelle ont été bafouées à répétition, et il dit éprouver de la consternation pour la persistance des accusations.

Les conservateurs ont répété plusieurs fois que la bande sonore avait été trafiquée, même si leurs propres experts ont relevé que la majeure partie de l'enregistrement était original.

Le député conservateur Pierre Poilievre a réitéré l'accusation, vendredi, à la Chambre des communes, où les parlementaires ont l'immunité diplomatique et ne peuvent être poursuivis pour leurs déclarations.

Au centre des enjeux se trouve une entrevue enregistrée entre le biographe et Stephen Harper, réalisée quelques mois avant que ce dernier devienne premier ministre. Sur l'enregistrement, M. Harper aurait proposé une offre financière au député Cadman en échange de son appui lors d'un vote parlementaire crucial.

Le Parti conservateur avait d'abord poursuivi le Parti libéral pour avoir utilisé cette bande contre eux avant les dernières élections. Il a ensuite prévenu les libéraux qu'ils le regretteraient, puis ont soudainement décidé de laisser tomber la poursuite.

Mais ils persistent à dire que l'enregistrement était bidon.

Le député du Nouveau Parti démocratique, Joe Comartin, a déclaré que le gouvernement devait s'excuser auprès de M. Zytaruk. M. Comartin a indiqué qu'après avoir révisé la bande sonore, il ne faisait aucun doute que l'enregistrement n'était pas truqué.

Il a aussi souligné qu'il avait tenté d'aider M. Zytaruk à trouver le financement nécessaire pour sa cause.

Selon M. Zytaruk, l'entrevue en compagnie de M. Harper aurait été enregistrée sur une vieille cassette analogue, par-dessus une ancienne entrevue en compagnie d'un professeur du coin.

Il n'aurait jamais tenté d'alterner le contenu de la discussion, se contentant d'appuyer sur le bouton «stop» lorsque le politicien conservateur quittait la salle, puis «record» lorsqu'il revenait.