Pour avoir allumé des incendies dans une école et un centre communautaire juifs, Aziz Ibragimov a écopé quatre ans de pénitencier, cet après-midi, au palais de justice de Montréal.

Christiane Desjardins LA PRESSE

En rendant sentence, le juge Gilles Cadieux a qualifié les crimes commis par Ibragimov de «racistes et haineux», même s'il n'était apparemment qu'un simple exécutant. La tête dirigeante des attentats serait plutôt Omar Bulphred, qui est toujours en attente de procès. Quoi qu'il en soit, pour ce qui est de Ibragimov, 25 ans, il a renoncé à subir un procès et a plaidé coupable à des accusations réduites d'incendie et de menaces contre la communauté juive.

Le soir du 2 septembre 2006, il avait lancé un cocktail molotov dans l'école Taldos Yakon Yosef, située rue Ducharme à Outremont. Le soir du 3 avril 2007, le manège se répétait cette fois avec des bonbonnes de propane au centre communautaire juif Ben Weider. Il y a cependant eu peu de dégâts à cet endroit. Entre les deux il y a eu l'incendie d'une automobile, ainsi que des tracts revendiquant les attentats au nom du Jihad islamique, appelant à la conversion à l'islam et réclamant la libération de prisonniers à Toronto.

Compte tenu de la détention préventive qui compte en double, c'est une peine de dix mois à compter d'aujourd'hui qui a été imposée à l'accusé.

Plusieurs représentants de la communauté juive se trouvaient dans la salle d'audience. Steven G. Slimovitch, porte parole du B'Nai Brith, s'est dit satisfait de la sentence. En fait, le juge a entériné la suggestion du procureur de la Couronne, Mario Dufresne.