Deux semaines avant de revenir au Parti québécois, Jean-Martin Aussant, «jusqu'à la dernière minute», discutait encore d'une candidature avec Québec solidaire. Les discussions ont achoppé parce que ce dernier désirait se présenter dans une circonscription déjà acquise à QS, celle de Mercier.

Denis Lessard et Martin Croteau LA PRESSE

«On a rencontré M. Aussant ensemble et séparément, jusqu'à très récemment. Je le connais bien, cela facilite la conversation. C'est une personne de grande qualité, un indépendantiste éloquent et convaincant. Sa venue à Québec solidaire aurait été bienvenue et appréciée», a souligné hier Amir Khadir, député solidaire de Mercier.

Mais Aussant et Québec solidaire «avaient des attentes de part et d'autre», a-t-il dit. «On avait besoin de lui pour conquérir de nouveaux espaces », a expliqué M. Khadir. Or M. Aussant ne voulait pas tenter sa chance dans une circonscription qui n'était pas déjà dans le sac pour QS. Des trois députés solidaires, Amir Khadir est le seul à avoir évoqué un doute quant à son retour aux prochaines élections. Sa circonscription, Mercier, était le seul territoire acquis pour le tiers parti aux élections du 1er octobre prochain.

«C'est inutile de rentrer dans les détails. Jean-Martin a fait le choix qui lui semblait le plus opportun. Je ne partage pas cet avis, mais souhaitons qu'il réussisse!», a dit Amir Khadir.

Quand on lui demande si Aussant voulait sa circonscription de Mercier, Khadir soutient qu'il ne veut pas discuter des «détails» par loyauté envers son interlocuteur. «Plein de choses ont été discutées. Nous étions intéressés par Jean-Martin Aussant. C'était réciproque et jusqu'à la dernière minute, il a soupesé toutes les considérations», a indiqué M. Khadir. Aussant est «un indépendantiste progressiste, qui a fondé Option nationale», rappelle-t-il.

De la même manière, M. Khadir ne veut pas discuter des conversations tenues avec des militants solidaires où M. Aussant se disait surpris du niveau de démobilisation des péquistes devant la stratégie de Jean-François Lisée de s'engager à ne pas tenir de référendum dans un premier mandat péquiste.

Atterrissage délicat

L'atterrissage impossible dans Mercier paraît pour l'heure bien difficile dans le bastion péquiste de Pointe-aux-Trembles. Des partisans de la candidature de Maxime Laporte dans cette circonscription ont lancé une contre-attaque, hier, après la publication d'une lettre ouverte appelant Jean-Martin Aussant à y briguer l'investiture.

Dans une lettre signée entre autres par l'ex-premier ministre Bernard Landry, l'ex-président Raymond Archambault et l'ancien député Jean Dorion, ils pressent M. Aussant de ne pas provoquer un affrontement en se présentant contre M. Laporte dans Pointe-aux-Trembles.

«Il serait extrêmement dommageable que des forces vives comme Jean-Martin Aussant et Maxime Laporte ne puissent contribuer à la hauteur de leur talent à faire gagner le mouvement indépendantiste le 1er octobre prochain», écrivent-ils.

«L'ex-directeur général du Chantier de l'économie sociale bénéficie d'une belle crédibilité économique et d'une notoriété médiatique certaine, ajoutent-ils. Plusieurs se sont réjouis de son retour d'exil. Quelle erreur ce serait que de lui faire rater son atterrissage!»

M. Laporte, un avocat de 30 ans, a dirigé la Société Saint-Jean-Baptiste. Il a lancé sa campagne à l'investiture le 22 janvier, six jours après que la députée sortante Nicole Léger eut annoncé qu'elle ne briguera pas un nouveau mandat.

L'initiatrice de la lettre d'hier est Camille Goyette-Gingras, une ancienne candidate d'Option nationale, le parti fondé par Jean-Martin Aussant lorsqu'il a quitté le PQ en 2011.

En entrevue, cette militante de longue date se réjouit du retour au bercail de M. Aussant. Mais elle le presse de se présenter dans une autre circonscription que Pointe-aux-Trembles pour ne pas nuire aux efforts déjà déployés par M. Laporte.

«Il y a un travail de M. Laporte qui est fait depuis plusieurs semaines déjà sur le terrain, a dit Mme Goyette-Gingras. Il a réussi à créer un certain engouement dans la circonscription. Je pense qu'on ne doit pas nuire à ce travail.»

Dans une lettre ouverte transmise dimanche à TC Media, une vingtaine d'indépendantistes ont invité M. Aussant à briguer l'investiture dans Pointe-aux-Trembles. Ils ont fait valoir que cette circonscription de l'est de Montréal «a besoin d'un député avec un semblable profil économique fort».

M. Aussant a confirmé son intention de se porter candidat aux élections en annonçant son retour au PQ la semaine dernière. Encore dimanche à Tout le monde en parle, il a rappelé sa préférence pour une circonscription de la région de Montréal, où réside sa famille.