Source ID:355; App Source:BreakingNewsEntity

Débâcle électorale: les péquistes se vident le coeur

(QUÉBEC) La charte des valeurs, le flou référendaire et l'entourage de Pauline Marois sont ciblés dans les rangs péquistes parmi les causes de la débâcle historique de lundi soir.

À l'entrée d'une réunion du conseil des ministres du gouvernement sortant, jeudi avant-midi, Yves-François Blanchet, défait dans Johnson, a déclaré qu'«il y a toute une organisation autour (de Pauline Marois) qui a fait des choix qui auraient peut-être dû être différents».

Selon lui, «sur l'enjeu du référendum, lorsque les adversaires l'ont ramené, ont ressorti l'épouvantail, on aurait dû être plus clair plus vite ». Le parti est plutôt tombé dans le panneau selon lui. «Nos adversaires nous ont tendu un piège sur le référendum. Le piège criait: «je suis un piège! Je suis un piège!» Et on est allés pareil. (...) On aurait dû sortir très vite et dire que ce n'est pas dans nos plans point à la ligne. »

«Les adversaires savaient très bien qu'en arrivant sur un hypothétique référendum qui n'était pas à notre agenda du tout, qu'ils allaient créer une espèce d'effet contraire à nous dans l'opinion publique. Les coups de sonde étaient très clairs», a-t-il ajouté.

Il a également donné l'exemple de l'entrée en scène de Pierre Karl Péladeau. «Je n'ai aucun reproche à faire à Pierre Karl. Il a peu d'expérience politique à proprement parler. Il y a des gens qui ont plus d'expérience et qui auraient définitivement dû l'encadrer au moment de cette annonce», a-t-il soutenu.

Yves-François Blanchet se dit un «pro-charte» mais il déplore la manière dont le parti a traité cet enjeu dans la campagne. «Je suis d'accord avec ceux qui disent que parce que la charte n'était pas présente au début de la campagne, lorsqu'elle est apparue, elle avait l'air d'un outil électoral plutôt que d'un débat de fond», a-t-il dit. 

Charte: Lisée pour la clause grand-père

Jean-François Lisée a révélé ce matin que son «grand combat» était la clause grand-père. Cette mesure de compromis, proposée en commission parlementaire notamment par le sociologue Guy Rocher et l'ex-chef bloquiste Michel Gauthier, aurait permis aux fonctionnaires déjà en poste de continuer à porter durant une certaine période leur signe religieux ostentatoire.

«La grande question, c'était : est-ce que (la Charte) devrait s'appliquer aux employés actuels ou seulement aux nouveaux employés. J'étais de ceux qui croyaient que la transition devait être beaucoup plus longue», a-t-il raconté.

La majorité des Québécois voulait la Charte, a-t-il dit. «Mais l'autre question, c'est le poids relatif de ce débat à l'intérieur de l'élection.»

Alexandre Cloutier a été encore plus critique de la Charte.  Un «recadrage du virage identitaire» est nécessaire, croit le juriste. Le Parti québécois devra proposer un «projet plus rassembleur et moins divisif».

Il a laissé entendre que le gouvernement péquiste aurait dû miser sur les éléments consensuels (les balises sur les accommodements raisonnables), et si nécessaire, légiférer sur les signes ostentatoires en concluant un compromis avec la Coalition avenir Québec (CAQ). Au lieu d'une interdiction mur-à-mur, la CAQ voulait interdire les signes aux figures d'autorité coercitive (juges, gardiens de prison, procureurs de la Couronne, policiers) et morale (enseignants et directeurs d'école)

«On a eu des opportunités où on aurait pu davantage rassembler, a résumé M. Cloutier. L'objectif qu'on doit se donner,  c'est que les gens se joignent à nous, qu'on additionne, que les nouveaux arrivants se sentent bienvenus dans notre projet, que tous et chacun sentent qu'on les défend, qu'ils ont leur place.»

Sans mentionner l'expression des «vraies affaires», M. Cloutier en a repris le message. «Il faut que les gens se reconnaissent en nous, qu'on soit davantage près du monde, des gens qui ont une vie ordinaire, qui ont leurs problématiques au quotidien», a-t-il dit.  

La Charte était-elle inconstitutionnelle? «J'aurai la chance de répondre à cette question», a répondu, sibyllin, le juriste avant d'entrer dans l'édifice où se déroulait la rencontre.

Bernard Drainville a défendu son approche. Il a assuré avoir toujours eu l'intention de trouver un compromis avec la CAQ au terme de l'étude du projet en commission parlementaire. «On se serait entendus sur une Charte du compromis.»

L'hiver dernier, il disait ceci: «Ça va prendre de sacrés bons arguments (pour nous faire modifier notre projet)... Mais j'ai toujours reconnu que dans le présent Parlement, il faudra l'appui de la CAQ pour adopter la Charte. J'ai bon espoir que la commission va les faire cheminer. La CAQ s'est rapprochée de nous, mais il y a encore trop de mou dans leur position. Ils ne peuvent pas dire que les enseignants sont en position d'autorité, mais que ce n'est pas le cas des éducatrices en garderie».

Il croit que la Charte n'est pas à blâmer pour la défaite. Une majorité de Québécois était en faveur, a-t-il tenu à rappeler. Cet appui ne s'est pas traduit dans les intentions de vote. «La peur du référendum a été plus forte, plus lourde de conséquences.» 

La souveraineté et la tête dans le sable

M. Drainville a fait une longue déclaration, sans répondre aux questions. «Il ne faut pas se mettre la tête dans le sable. C'est évident qu'il y a beaucoup de nos citoyens qui ne croient pas (à la souveraineté). On a du travail à faire pour les convaincre», a-t-il constaté.

Mais ses convictions demeurent «intactes». Et il plaide pour un discours volontariste et décomplexé sur l'indépendance. «Je pense qu'en bout de ligne, nos citoyens vont respecter les personnes qui se tiennent debout pour leurs convictions. Et moi, je vais me tenir debout pour mes convictions, sur l'indépendance et sur la défense de notre langue, notre identité, notre culture et de nos valeurs». 

Se battre contre le cynisme

Le PQ s'est «battu contre un monstre énorme durant cette campagne, le cynisme», croit Pierre Duchesne. «La classe politique s'est éloignée de la population du Québec. Les discussions qu'on a dans le Salon bleu, ce n'est pas tellement inspirant. Il faut refaire de l'action politique sur le terrain», a-t-il dit.

Le PQ y a-t-il contribué avec ses attaques précipitées sur les électeurs étudiants non francophones et ses commentaires sur l'UPAC à deux jours du vote? «On verra. Dans la montée du cynisme, il y a eu le problème de l'intégrité», a répondu le ministre sortant et candidat défait dans Borduas, sans vouloir préciser. 

Se «rebrancher» sur les jeunes

Pour Bertrand St-Arnaud, ministre de la Justice défait dans Chambly, le PQ a «une profonde remise en question à faire». «Il va falloir retourner toutes les pierres, à la fois sur la question nationale, l'axe gauche-droite, les questions sociales», a-t-il soutenu. Il a évoqué que cette réflexion se tienne «pendant un an, un an et demi». Ce n'est seulement qu'au terme de ce délai que devrait se tenir une course à la direction, selon lui.

«Il faut prendre le temps», a-t-il insisté, un message lancé également par Véronique Hivon, Nicolas Marceau et Martine Ouellet - tous réélus.

Jeudi, les trente élus du PQ désigneront un chef intérimaire. Stéphane Bédard, François Gendron et Agnès Maltais sont sur les rangs.

Bertrand St-Arnaud croit que le PQ doit «se rebrancher sur les jeunes générations». «Quand chez les 18-44 ans vous êtes le troisième parti, voire même le quatrième chez les 18-25 ans, je pense que vous devez réfléchir au projet que vous proposez globalement. C'est très préoccupant.» Car «un parti n'a pas véritablement d'avenir s'il n'est pas branché sur les jeunes générations et les intellectuels».

Selon lui, les Véronique Hivon, Alexandre Cloutier et Sylvain Gaudreault «incarnent avec quelques autres l'avenir du parti. Pour la suite des choses, ils doivent faire partie de la réflexion. Il va falloir qu'ils prennent toute leur place dans le parti et fassent entendre leur voix».

«Il faut faire attention avant de déclarer la fin de vie d'un parti», a-t-il ajouté, soulignant que le PQ a «des racines profondes», une bonne base militante. Il a toutefois tenu à rappeler le sort de l'Union nationale. «L'histoire nous confirme que l'Union nationale avait été au pouvoir de 1966 à 1970, était l'opposition officielle en 1970 suite à l'élection, et à l'élection suivante, trois ans plus tard, avait zéro député.»

- Avec Denis Lessard




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer