Pauline Marois a mis de côté son carré rouge. L'opération, délicate, avait déjà été amorcée au dernier jour de la session parlementaire; la chef péquiste arborait ce jour-là le même signe, mais d'une dimension bien réduite.

Denis Lessard LA PRESSE

À chaque période des questions depuis la mi-février, Jean Charest profitait de l'occasion pour signaler que Mme Marois arborait le carré rouge, symbole des revendications étudiantes au début, devenu progressivement le rappel des manifestations violentes qui paralysaient le centre-ville de Montréal.

Mme Marois a profité de l'enregistrement de ses voeux de la Saint-Jean, un message qu'elle voulait «rassembleur» et dans lequel elle a insisté sur l'unité et la solidarité, pour mettre de côté le symbole des dernières semaines de turbulence.

Pas de discussions avec l'ensemble du caucus péquiste. Plusieurs, semble-t-il, étaient fort heureux de remiser le bout de feutre qui servait de cible aux adversaires libéraux. Dans les circonscriptions, «les gens en parlaient [aux députés] et ne trouvaient pas cela toujours avisé», a confié un élu péquiste.

Photo PC

L'opération, délicate, avait déjà été amorcée au dernier jour de la session parlementaire; la chef péquiste arborait ce jour-là le même signe, mais d'une dimension bien réduite.

«Ç'a été le résultat d'une réflexion collective et tous les députés étaient bien à l'aise avec cette décision», insiste-t-on dans l'entourage de la chef. Sylvain Simard, député de Richelieu, était favorable à la hausse des droits de scolarité, et il n'a jamais arboré le carré rouge. Mais il était à l'étranger, absent de l'Assemblée nationale la dernière semaine de session, et n'a pas participé à ces discussions. Sylvain Pagé, député de Labelle, ne le portait pas davantage. Plusieurs élus ne le portaient qu'au moment de la période des questions, à l'Assemblée nationale.

Chez les stratèges péquistes, on relève que Pauline Marois l'a porté sans interruption. Amir Khadir, qui critique sa décision maintenant, a temporairement porté le carré blanc des parents qui craignaient pour la sécurité de leurs enfants dans les affrontements avec les policiers durant les manifestations.

 

Photo PC

Le fameux carré rouge grandeur nature.