En pleine période de compressions budgétaires, le ministère de l'Agriculture (MAPAQ) n'a pas lésiné sur la dépense au moment d'équiper ses bureaux d'une dizaine de douches, pièces maîtresses de travaux de rénovation totalisant 367 107$.

Jocelyne Richer LA PRESSE CANADIENNE

Selon les informations obtenues par La Presse Canadienne, le personnel dispose désormais de 10 douches de céramique drapées de rideaux aux motifs exotiques confectionnés sur mesure. À eux seuls, les rideaux de douche - à 146$ pièce - ont coûté aux contribuables 2336$.

Les travaux d'aménagement en question, y compris la rénovation du cabinet du ministre, ont été réalisés de 2008 à 2012 au 200, chemin Sainte-Foy, à Québec. Certaines factures liées à l'opération et la liste des travaux ont été obtenues grâce à la Loi sur l'accès à l'information.

Malgré l'importance des fonds publics en cause, l'installation de douches dans les bureaux gouvernementaux n'est pas encadrée par la Société immobilière du Québec (SIQ), l'organisme chargé de ce type d'initiatives. La présidente du Conseil du Trésor, Michelle Courchesne, responsable de la SIQ, n'a émis aucune directive ni fixé aucune balise à respecter en ce domaine.

Chacun fait donc ce qu'il veut et, dans le cas du MAPAQ, la préoccupation pour l'hygiène personnelle des employés de l'État a fait couler à flots les deniers publics. On a installé quatre nouvelles douches en céramique (coût: 66 157$), alors que l'édifice en comptait déjà six, qui ont été remises au goût du jour par la même occasion (coût: 40 328$). Ces sommes n'incluent pas toute une série de coûts connexes: rideaux, contrats à des firmes d'ingénieurs et d'architectes et déménagement temporaire.

Vérification faite, malgré leur coût élevé, les douches du MAPAQ n'ont rien de luxueux. Elles n'ont même pas de porte. Il faut donc ajouter 2336$ pour la confection de 16 rideaux sur mesure commandés à la boutique Yolande Beaulieu décoration. Chaque rideau aura donc coûté 146$. Dans n'importe quelle grande surface, on peut se rpocurer un rideau de douche pour environ 10$.

Le nombre de rideaux dépasse celui des douches pour en permettre la rotation à des fins de nettoyage, toutes les trois semaines, ce qui augmente d'autant la facture totale année après année.

Ainsi, les fonctionnaires peuvent, au gré des semaines, se rafraîchir dans une douche habillée soit de style mexicain à motif «Cozumel» ou de style italien à motif «Tuscano».

Au gouvernement, l'installation de douches en milieu de travail vise à encourager le personnel à se rendre au bureau en vélo.

En 2008-2009, pour installer quatre douches dans le respect des normes, on a dû confier un contrat à une firme d'architectes, puis un autre à une firme d'ingénieurs, qui ont reçu, au total, des honoraires de 45 400$.

Le grand ménage du MAPAQ, commandé à l'époque où Laurent Lessard était à la tête du Ministère, a également entraîné des coûts de déménagement temporaire de l'ordre de 82 000$.

Le vent de fraîcheur a d'ailleurs soufflé jusqu'à son cabinet, au 12e étage, et celui de ses sous-ministres, désormais rehaussés d'un décor tout neuf pour un peu moins de 35 000$.

D'autres travaux de réaménagement dans l'édifice (dont les rénovations des toilettes des dames, au premier étage, au coût de 25 500$) ont également contribué à embellir l'intérieur de l'immeuble.

Si on résume, l'aménagement d'une dizaine de douches et quelques rénovations dans cet édifice gouvernemental auront coûté 367 107$ aux contribuables.

Actuellement ministre des Affaires municipales, Laurent Lessard a refusé de nous accorder une entrevue.

Malgré plusieurs demandes verbales et écrites, il n'a pas été possible de savoir si tous les contrats avaient fait l'objet d'un appel d'offres: le MAPAQ nous a envoyés à la SIQ, et la SIQ au MAPAQ.

La ministre responsable de la SIQ, Michelle Courchesne, a elle aussi refusé de nous accorder une entrevue, qui visait à déterminer dans quelle mesure elle estimait que ce type de travaux correspondait à son idée d'une saine gestion des fonds publics, dans un contexte de contrôle serré des dépenses.

Elle a cependant confirmé, par la voix de sa porte-parole, qu'elle laissait les ministères libres d'agir à leur guise en cette matière.

«La SIQ n'a pas de politique ou de directive formelle au sujet de l'installation de douches dans les édifices» du gouvernement, a indiqué la porte-parole de la ministre, Kimberly Labar. Elle a ajouté que les ministères sont toutefois invités à «faire ce genre d'investissement avec prudence».

Il est cependant difficile de mesurer le degré de prudence des ministères puisque, faute d'encadrement, ils n'ont pas à démontrer la pertinence d'injecter des fonds publics dans ce type d'aménagements.

Plusieurs autres édifices publics possèdent des douches, mais on ignore combien on en a installé ces dernières années dans les immeubles gouvernementaux du Québec et si cette dépense est toujours justifiée, compte tenu du nombre d'utilisateurs. On ignore donc aussi combien de fonds publics, pour l'ensemble du gouvernement, sont ainsi passés sous la douche.