Source ID:0d0dbd8de52d37cc84c0401972a19651; App Source:StoryBuilder

Une autre tuile s'abat sur Justin Trudeau

FANNY LÉVESQUE, JOËL-DENIS BELLAVANCE
La Presse

(Ottawa) Alors que les libéraux tentent tant bien que mal de mettre fin à la tempête politique liée à l'affaire SNC-Lavalin, voilà qu'une autre tuile s'abat sur le premier ministre Justin Trudeau: la députée libérale de Whitby, en Ontario, Celina Caesar-Chavannes, annonce qu'elle va désormais siéger comme députée indépendante.

C'est le premier ministre lui-même qui a annoncé aux journalistes la décision de la députée, qui avait par ailleurs fait savoir, le mois dernier, qu'elle n'a pas l'intention de briguer à nouveau les suffrages aux prochaines élections.

«J'ai été informé que Mme Caesar-Chavannes siègera comme indépendante. Je la remercie pour son service auprès du Parti libéral et je lui souhaite bonne chance dans la continuité pour le service à ses commettants», a dit M. Trudeau avant le début de la période de questions.

Après l'éclatement de l'affaire SNC-Lavalin, Mme Caesar-Chavannes s'était montrée solidaire de l'ancienne ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould et de l'ancienne ministre Jane Philpott, donnant même une tournure féministe à cette controverse. Sur son compte Twitter, elle avait déclaré: «Quand vous ajoutez des femmes, s'il vous plait ne vous attendez pas au statu quo. Attendez-vous à ce que nous prenions les bonnes décisions, que nous nous levions pour ce qui est juste et que nous partions quand des valeurs sont compromises».

Elle avait aussi affirmé, en entrevue au Globe and Mail que le premier ministre avait haussé le ton de façon inappropriée à son endroit lorsqu'elle lui a annoncé en février, alors que l'affaire SNC-Lavalin prenait de l'ampleur, qu'elle ne solliciterait pas un deuxième mandat en octobre - une accusation qu'a niée le bureau du premier ministre.

Plus tôt en matinée, M. Trudeau a indiqué qu'il n'a pas d'objection à ce que les deux ministres démissionnaires de son cabinet, Jody Wilson-Raybould et Jane Philpott, portent les couleurs du Parti libéral du Canada aux élections fédérales d'octobre.

«Je sais qu'elles veulent se présenter pour le Parti libéral, qu'elles croient en ce que nous faisons dans les grandes lignes et je suis très content de pouvoir continuer à travailler avec elles», a déclaré le premier ministre à son arrivée à la réunion du caucus libéral.

Il s'agit de la première réunion du caucus libéral depuis la démission de l'ex-présidente du Conseil du Trésor Jane Philpott le 4 mars. Cette dernière a décidé de claquer la porte du cabinet au motif qu'elle n'avait plus confiance dans la gestion de l'affaire SNC-Lavalin par le gouvernement Trudeau.

Pour sa part, Mme Wilson-Raybould, qui est proche de Mme Philpott, a démissionné le 12 février, moins d'un mois après avoir été mutée au ministère des Anciens combattants et après la publication d'un reportage dans le Globe and Mail selon lequel le bureau du premier ministre a exercé des pressions indues pour qu'elle intervienne, alors qu'elle ministre de la Justice, l'automne dernier, pour éviter un procès criminel à SNC-Lavalin.

Considérées comme des piliers du cabinet, les deux femmes ont déjà fait savoir qu'elles souhaitaient briguer à nouveau les suffrages sous la bannière libérale malgré les derniers événements, qui ont aussi entraîné la démission de l'ex-secrétaire principal de Justin Trudeau, Gerald Butts, et le départ hâtif à la retraite du greffier du Conseil privé, Michael Wernick.

Devant les journalistes, M. Trudeau a aussi soutenu mercredi que son caucus est «uni» au lendemain de la présentation du quatrième et dernier budget libéral avant les élections.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer