Source ID:0539850a-84a2-4c80-9985-fbcf6246b3c8; App Source:alfamedia
Exclusif

Michel Gauthier se joint aux conservateurs

« J'ai décidé, pour la deuxième partie de mon... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

« J'ai décidé, pour la deuxième partie de mon engagement politique, que je mettrais autant d'énergie que je le pourrais pour faire en sorte que la participation du Québec à un gouvernement conservateur soit significative et qu'elle soit positive », a expliqué Michel Gauthier.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

(OTTAWA) L'ancien chef du Bloc québécois Michel Gauthier tourne le dos à l'option souverainiste défendue par son ancienne formation politique et a annoncé samedi qu'il grossit les rangs du Parti conservateur d'Andrew Scheer, convaincu que tout doit être mis en oeuvre pour remplacer le gouvernement libéral de Justin Trudeau à Ottawa dès les prochaines élections.

M. Gauthier a confirmé sa décision - qu'il dit avoir longuement mûrie et qui pourrait avoir une incidence majeure sur l'échiquier politique fédéral au Québec -, alors que le compte à rebours électoral se met tranquillement en branle, samedi, au conseil national du Parti conservateur à Saint-Hyacinthe, où l'on attend quelque 400 « bleus » du Québec, a appris La Presse.

Reconnu comme l'un des parlementaires les plus redoutables durant les années où il a siégé comme député du Bloc québécois à la Chambre des communes, Michel Gauthier ne portera pas les couleurs du Parti conservateur aux prochaines élections fédérales, prévues en octobre 2019. Mais il compte faire campagne activement aux côtés des candidats conservateurs au Québec, courtisant notamment le vote nationaliste au moment où le Bloc québécois continue de s'entredéchirer sur la place publique, selon nos informations.

« Le Bloc, son avenir est derrière lui », a dit M. Gauthier en entrevue avec La Presse vendredi. Il ajoute trouver « triste » la déconfiture du parti sous la houlette de Martine Ouellet.

M. Gauthier, qui a été député de Roberval de 1993 à 2007, chef du Bloc québécois en 1996, et qui a aussi siégé à l'Assemblée nationale, n'écarte d'ailleurs pas l'idée de militer rapidement en faveur des troupes d'Andrew Scheer en donnant un coup de pouce au candidat conservateur Richard Martel dans la circonscription de Chicoutimi-Le Fjord, où une élection partielle doit être déclenchée au plus tard le 2 juin par le premier ministre Justin Trudeau. M. Trudeau, qui se trouvait à Chicoutimi jeudi pour annoncer une contribution fédérale de 60 millions de dollars au projet de fabrication de l'aluminium sans émissions de carbone - le premier au monde - de Rio Tinto et Alcoa, pourrait déclencher cette élection partielle demain, ce qui entraînerait la tenue d'un vote le lundi 18 juin, quelques jours avant la fête nationale du Québec.

Devant la déconfiture du Bloc québécois, le chef conservateur Andrew Scheer a multiplié les gestes afin de courtiser l'électorat nationaliste du Québec, au cours des dernières semaines, en envoyant une lettre ouverte aux Québécois, en les invitant à proposer des mesures qu'ils souhaitent voir intégrer dans le programme électoral du parti et en devenant, dimanche dernier, le premier chef conservateur à participer à la populaire émission Tout le monde en parle de Radio-Canada.

« JE VEUX MILITER »

Michel Gauthier, qui se décrit toujours comme un nationaliste, a affirmé à La Presse n'avoir pas pris cette décision sur un coup de tête. 

« J'ai beaucoup réfléchi. Mon cheminement n'est pas celui d'un politicien intéressé à faire carrière, absolument pas. Mon cheminement se veut, je crois, une espèce de synthèse des cheminements que beaucoup de citoyens du Québec ont faits depuis 20 ans. »

- Michel Gauthier

« Cela fait 11 ans, poursuit-il, que je ne suis membre d'aucun parti politique et que je n'ai financé aucun parti politique, soit depuis 2007. C'est donc un recul substantiel que j'ai pris pour pouvoir faire une réflexion. [...] J'ai dit aux conservateurs que je voulais non seulement être observateur au conseil national, mais je voulais aussi prendre ma carte de membre et être actif. Je veux militer. Je veux que ce parti, qui a un nouveau chef et une nouvelle équipe, un nouveau programme, se donne une pensée politique qui va vraiment dans le sens de la défense des intérêts du Québec. C'est une de mes grandes préoccupations. Cela a toujours été à la base de mon action politique et ce le sera aussi dans le futur. »

M. Gauthier dit avoir jeté son dévolu sur le Parti conservateur parce que cette formation politique a toujours respecté les compétences du Québec et son statut de nation.

« J'ai voté pour Brian Mulroney aux élections de 1984 et 1988. J'ai toujours considéré que Brian Mulroney était le plus grand premier ministre que le Canada ait connu au cours des 50 dernières années. La raison est fort simple. J'ai rarement vu une personne devenir premier ministre en ayant à la fois un projet politique, qui était l'accord du lac Meech et le retour du Québec dans la Confédération canadienne, un projet international, qui était la lutte contre l'apartheid, un projet économique, qui était l'accord de libre-échange nord-américain, et un projet fiscal, qui était de remettre les finances de l'État en ordre. J'étais fier de M. Mulroney », a expliqué M. Gauthier.

« De plus, durant tout le temps où il était premier ministre, il n'y a eu aucune querelle constitutionnelle avec le gouvernement du Québec, quel qu'il ait été. Aucune querelle, aucune guerre, une collaboration comme tout le monde en souhaite. Sous Stephen Harper, ç'a été la même chose. Il n'y a eu aucun conflit entre les gouvernements de M. Harper et le gouvernement du Québec. Il y avait un respect complet des compétences du Québec. On dira ce que l'on voudra de M. Harper, il a mis le français au premier plan dans tous ses discours par respect pour la population européenne de langue française, les premiers à mettre les pieds en terre d'Amérique. En plus, il a fait reconnaître le Québec comme une nation à la Chambre des communes. Cela répond à mes aspirations profondes », a-t-il ajouté.

Pour M. Gauthier, tous les gouvernements conservateurs successifs, depuis 1984, ont été « d'excellents gouvernements pour le Québec ». Et cette ouverture, « [il la sent] aussi chez Andrew Scheer ».

En entrevue, M. Gauthier a aussi affirmé qu'il ne voyait pas de référendum sur l'avenir du Québec « avant de très, très nombreuses années » et que l'avenir du Bloc était « derrière lui ». « Je paie encore des impôts à Ottawa. Il y a un gouvernement qui prend des décisions qui me concernent, qui concernent mes enfants et mes petits-enfants pour les prochaines années. Il y a des décisions budgétaires qui se prennent, des décisions à caractère social qui se prennent. Bref, le Canada continue de vivre et de s'organiser. Il faut que le Québec soit partie prenante à cette organisation. J'ai décidé, pour la deuxième partie de mon engagement politique, que je mettrais autant d'énergie que je le pourrais pour faire en sorte que la participation du Québec à un gouvernement conservateur soit significative et qu'elle soit positive. »

M. Gauthier a indiqué qu'il expliciterait davantage sa décision et sa réflexion samedi matin en prenant sa carte de membre du Parti conservateur.

Michel Gauthier en bref

• Né à Québec en 1950, Michel Gauthier a oeuvré dans le domaine de l'éducation à Roberval de 1970 à 1981, année où il a été élu député du Parti québécois à l'Assemblée nationale dans la circonscription de Roberval. 

• Il a quitté la politique provinciale en 1988. 

• En 1993, il est élu député du Bloc québécois à la Chambre des communes dans Roberval. 

• Il est élu chef du Bloc québécois en 1996 après la démission de Lucien Bouchard. Il quitte la direction du parti en décembre de la même année et redevient leader parlementaire du Bloc après l'élection d'un nouveau chef, Gilles Duceppe en 1997. 

• Il démissionne de ses fonctions de député bloquiste de Roberval en 2007, après avoir été élu sans interruption à cinq reprises.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer