Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a été questionné dès son arrivée à Alma vendredi sur ce qu'il compte faire pour venir en aide à l'industrie forestière.

Publié le 20 oct. 2017
Caroline Plante LA PRESSE CANADIENNE

M. Trudeau fait campagne au Lac-Saint-Jean cette semaine avec son candidat Richard Hébert, en vue de l'élection partielle du 23 octobre.

En entrevue sur les ondes du 104,5 FM tôt vendredi matin, il a dû expliquer pourquoi son parti n'avait pas appuyé une motion conservatrice qui demandait que le gouvernement fédéral soutienne les travailleurs et «dénonce les efforts faits par des groupes financés par des intérêts étrangers pour perturber les pratiques forestières légitimes au Canada».

Le premier ministre a d'abord répondu que le Parti conservateur avait eu 10 ans pour soutenir l'industrie et que l'aide n'avait pas été «superbe». Il a aussi blâmé son prédécesseur de n'avoir pu renouveler l'accord sur le bois d'oeuvre avec les États-Unis à temps.

«Nous on est en train de travailler très fort», a-t-il dit, sans toutefois élaborer davantage. «Je suis là pour protéger l'industrie forestière.»

Le sujet de la forêt a été qualifié par l'animateur de question «brûlante» de l'actualité.

Plusieurs milliers d'emplois au Lac-Saint-Jean dépendent de l'industrie forestière.

Une visite du premier ministre est prévue à l'usine de Produits forestiers Résolu, vendredi.