Une quatrième élue du caucus du Nouveau Parti démocratique (NPD) se range derrière Guy Caron dans la course à la direction. Il s'agit de la députée de Jonquière Karine Trudel. Le candidat devance ainsi Niki Ashton qui a obtenu l'appui de trois députés jusqu'à maintenant.

Mis à jour le 31 août 2017
Mylène Crête LA PRESSE CANADIENNE

Les deux candidats se partagent ainsi la moitié des députés québécois néo-démocrate.

Outre Karine Trudel, Guy Caron a obtenu l'appui du président du caucus québécois, Robert Aubin, de même que des députées Ruth Ellen Brosseau et Anne Minh-Thu Quach.

Les députés Roméo Saganash, François Choquette et Brigitte Sansoucy ont quant à eux choisi de soutenir la candidature de Niki Ashton.

Ce nouvel appui pour Guy Caron survient quelques jours après le débat de dimanche tenu en français à Montréal où le seul candidat québécois de la course a forcé ses adversaires à se positionner sur la laïcité.

Une seule députée du Québec, Hélène Laverdière, appuie Jagmeet Singh. Le candidat de religion sikhe qui porte le turban et le kirpan, s'est prononcé contre le projet de loi 62 sur la neutralité religieuse de l'État à l'étude à l'Assemblée nationale.

L'Ontarien Charlie Angus, qui aspire aussi à remplacer Thomas Mulcair à la tête du parti, n'a obtenu qu'un seul appui d'une élue québécoise. Il s'agit de Christine Moore, la députée d'Abitibi-Témiscamingue dont la circonscription est connexe à la sienne.

Parmi les quatre candidats de la course, Jagmeet Singh et Charlie Angus ont parfois quelques difficultés à bien s'exprimer en français.

Il reste cinq appuis à aller chercher au sein du caucus québécois du NPD d'ici le début du vote le 18 septembre, dont celui d'Alexandre Boulerice qui avait appuyé Peter Julian avant qu'il ne se désiste. Le député de Rosemont-La Petite-Patrie n'a toujours pas décidé s'il soutiendra une autre candidature.

Même si les appuis d'élus québécois sont convoités, le Québec aura peu de poids dans l'élection du prochain chef du NPD qui ne compte que 4900 membres selon les récents chiffres dévoilés par le parti. À titre de comparaison, il y en a plus de 52 000 en Ontario.