Le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, est sur le point de recevoir un rapport qui pourrait lui recommander de construire de nouvelles prisons et influer sur les décisions du gouvernement pour la prochaine décennie en matière d'emprisonnement, selon ce qu'a appris La Presse.

Mis à jour le 18 mars 2011
Hugo de Grandpré LA PRESSE

La préparation dans les coulisses de cette «Stratégie de logement à long terme pour les pénitenciers fédéraux» survient au moment où les partis de l'opposition sont sur le point de condamner le gouvernement pour outrage au Parlement.

Libéraux, bloquistes et néo-démocrates reprochent au gouvernement Harper de leur cacher l'ensemble des coûts de sa réforme du système de justice criminelle, qui atteint déjà plusieurs milliards de dollars. Leur mécontentement est tel qu'ils pourraient provoquer des élections dès la semaine prochaine.

Le ton au comité parlementaire de la procédure n'a pas baissé, hier. C'était la deuxième journée des audiences de ce comité, qui étudie la question des coûts de diverses mesures du gouvernement à la suite d'une sévère remontrance du président de la Chambre, la semaine dernière. Ses membres doivent présenter leur rapport aux Communes lundi.

«Ces deux ministres se comportent comme de vieux avocats véreux qui tentent de déjouer le système plutôt que comme des ministres qui ont la responsabilité de dire toute la vérité au Parlement et aux Canadiens sur les coûts complets de leurs projets de loi sur les prisons», a lancé en début de journée le député libéral Scott Brison, au sujet des ministres de la Justice et de la Sécurité publique.

«Secret du cabinet»

La Stratégie de logement à long terme pour les pénitenciers fédéraux, qui doit être prête ce mois-ci, ne fait pas partie des documents remis au Parlement et n'a pas fait l'objet de discussions au comité, hier.

«Cette stratégie permettra au SCC de mettre en place des mesures de logement appropriées pour s'acquitter de son mandat et s'adapter à toute nouvelle exigence législative additionnelle», a expliqué une porte-parole, Suzanne Leclerc.

SCC doit notamment examiner la possibilité de remplacer des établissements devenus trop vieux. Ce plan pourrait dicter l'approche du gouvernement pour la prochaine décennie en matière d'emprisonnement. Mme Leclerc a précisé qu'il serait basé sur des prévisions de population carcérale jusqu'en 2018.

«La Stratégie n'est pas encore terminée, a conclu la porte-parole. Une fois qu'elle le sera, le document sera assujetti au secret du cabinet.»

Cette question du «secret du cabinet» est au coeur des débats actuels puisque c'est l'argument qu'a invoqué le gouvernement Harper pendant plusieurs années pour refuser de divulguer certains coûts de sa réforme. Pressé par les parlementaires et le président de la Chambre des communes, il a finalement rendu certains détails publics au cours du dernier mois. C'est ainsi que des dépenses supplémentaires de plusieurs centaines de millions de dollars liées à ces initiatives de justice criminelle ont été révélées.

Témoignant hier pour la deuxième journée consécutive, le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, et son confrère de la Justice, Rob Nicholson, ont affirmé qu'ils avaient maintenant remis aux parlementaires tout ce qu'ils leur avaient demandé.