Une page Facebook intitulée en anglais «Ujjal Dosanjh est traître aux sikhs» a incité la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à ouvrir une enquête sur des menaces proférées contre ce député fédéral au franc parler de la Colombie-Britannique.

LA PRESSE CANADIENNE

L'inspecteur Paul Richards, des Équipes intégrées de la sécurité nationale de la GRC, a indiqué vendredi que de «très sérieuses» menaces affichées sur une page du site de réseautage personnel avaient été signalées. Il a ajouté qu'une enquête avait été ouverte.

Plusieurs des propos ont été retirés de la page, mais en date de vendredi matin, au moins un commentaire préconisait l'assassinat par balles du politicien indo-canadien.

La page comporte également des insultes et des commentaires injurieux à l'égard des sikhs, l'un d'eux demandant aux membres de la communauté religieuse «d'enlever les chiffons qu'ils portent sur la tête».

Ujjal Dosanjh est un critique de l'extrémisme sikh. Récemment, après avoir fait l'objet de menaces voilées durant une émission radiophonique en pendjabi, le député libéral a affirmé que cette forme d'extrémisme pourrait être en hausse au Canada.

M. Dosanjh s'est dit d'avis que les Canadiens devraient prendre très au sérieux les menaces, qui démontrent, selon lui, l'existence de personnes à l'esprit empoisonné, nées et ayant grandi au pays.

De leur côté, les députés du Parti libéral du Canada ont diffusé un communiqué de presse vendredi matin pour condamner les menaces.