Faute d'argent, la Société canadienne des postes tarde à mettre en branle son projet de «Transformation postale», visant à remplacer l'équipement désuet et réaménager les processus opérationnels.

Malorie Beauchemin LA PRESSE

Estimée à 3,1 milliards de dollars, l'initiative se trouve au coeur de la stratégie de Postes Canada pour notamment réduire ses coûts à long terme, améliorer la sécurité en milieu de travail et accroître la productivité.

Le rapport de la vérificatrice générale, déposé mardi, soutient que le ralentissement économique a contribué à empêcher Postes Canada de financer elle-même le projet de modernisation.

Les changements apportés au calendrier de la «Transformation» affectent l'ensemble de l'organisation, «ce qui fait peser un risque sur la viabilité à long terme des activités de la Société et sur la capacité de cette dernière de s'acquitter de son mandat en assurant un service postal universel», note le rapport.