Même s’il ne prévoit pas déclencher les élections avant la fin d’août, le premier ministre et chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, estime agir de façon « équitable » en annonçant déjà un engagement de 1,8 milliard de dollars, puisque la date des élections, elle, est connue de tous les partis.

Mis à jour le 12 août
Ariane Krol
Ariane Krol La Presse

« Je pense que c’est équitable pour tout le monde, parce que tout le monde sait que c’est le 3 octobre », a affirmé M. Legault en conférence de presse vendredi.

Son parti avait publié un communiqué la veille pour inviter les médias au « premier engagement électoral de la Coalition avenir Québec ».

« Si la CAQ est reportée au pouvoir le 3 octobre, on s’engage à construire 11 700 logements sociaux et abordables dans le prochain mandat », a déclaré M. Legault vendredi, entouré de ses six candidats de la région de Laval.

La CAQ promet aussi d’étendre le Programme de supplément au loyer à 7200 logements supplémentaires. Elle estime le coût total des deux mesures à 1,8 milliard, dont plus de 1,7 milliard pour les logements à construire.

M. Legault a fait cette annonce dans une salle de réception du Château Royal, un établissement qui s’affiche sur son site web comme « un endroit luxueux ».

Les coûts de cet évènement, tout comme ceux des publicités diffusées cet été, ne seront pas comptabilisés dans les dépenses électorales, qui sont plafonnées par la loi.

C’est peut-être le défaut de la qualité des élections à date fixe : on ne peut pas dire que les gouvernements profitent de l’effet de surprise, tout le monde le sait que l’élection est le 3 octobre, donc évidemment, il y a une précampagne.

François Legault, premier ministre du Québec

Il a confirmé son intention d’aller voir le lieutenant-gouverneur à la fin du mois pour dissoudre l’Assemblée nationale et déclencher les élections générales.

« Ça sera à la fin août. Maintenant, la date exacte, on vous le dira quand ce sera fixé de façon définitive. »

« Une préoccupation »

Le fait qu’aucune règle ne s’applique aux dépenses précédant le déclenchement d’une campagne est « une préoccupation », a indiqué le directeur général des élections du Québec, Pierre Reid, dans une entrevue récente avec La Presse Canadienne. Il faudrait « repenser » et « actualiser la Loi électorale » et « prévoir un montant maximum » de dépenses publicitaires en période préélectorale, a suggéré M. Reid.

Le premier ministre s’est dit « ouvert aux discussions », tout en s’interrogeant sur la période.

« Si on dit [que] c’est un mois avant, est-ce qu’il va y avoir de la publicité deux mois avant, trois mois avant ? Il y a toujours une avant-campagne électorale. »

Ce n’est « pas seulement la CAQ » qui se livre à des annonces préélectorales, a plaidé M. Legault, en soulignant que « tous les partis politiques annoncent leurs candidats » et que certains ont déjà publié leur plateforme.

Trop tôt pour des baisses d’impôt

Au sujet d’éventuelles baisses d’impôt, que le Parti libéral de Dominique Anglade et le Parti conservateur d’Éric Duhaime ont déjà promises, le chef de la CAQ juge toutefois qu’il est « trop tôt » pour s’avancer.

« Il nous reste encore environ 50 jours avant le 3 octobre, donc j’aurai l’occasion de répondre à cette question, mais je suis ouvert », a-t-il indiqué vendredi.

23 500 logements manquants, selon Legault

Il manquera 23 500 logements sociaux et abordables d’ici 10 ans, a affirmé François Legault en citant des estimations du ministère des Finances et du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. La CAQ s’engage à combler près de la moitié de ce besoin dans un mandat de quatre ans.

Un « pétard mouillé », a dénoncé Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de Québec solidaire.

François Legault « n’a même pas été capable de respecter sa promesse de la dernière élection », et ce sont plutôt « 37 000 personnes qui sont sur la liste d’attente », a affirmé M. Nadeau-Dubois dans un communiqué.

Depuis les élections de 2018, 15 000 logements sociaux et abordables ont été « financés » et sont « soit construits, soit en train d’être construits », a soutenu M. Legault. Il a également appelé à la prudence devant les listes d’attente « parce qu’il y a des doublons ».

Les 11 700 logements sont prévus « dans pas mal toutes les régions du Québec », a souligné le chef de la CAQ. Si l’annonce a été faite à Laval, c’est notamment parce que sa formation espère « y faire des gains ».

Des six candidats caquistes à Laval, seul celui de Sainte-Rose, Christopher Skeete, est actuellement député. Quatre autres circonscriptions (Mille-Îles, Vimont, Fabre et Laval-des-Rapides) sont détenues par le Parti libéral. La sixième, Chomedey, est représentée par le député indépendant Guy Ouellette, qui avait été élu sous la bannière du PLQ aux élections générales de 2018.

En savoir plus

  • 2027
    Moment où la pénurie de logements dits « réguliers » (non destinés à des personnes à faible revenu) devrait s’être résorbée d’elle-même, notamment à cause du nombre record de permis de construction actuellement délivrés.
    Source : ministère des Finances, cité par le premier ministre François Legault