La députée de Marguerite-Bourgeoys, Hélène David, la députée de Laporte, Nicole Ménard, ainsi que le député de Vimont, Jean Rousselle, ont annoncé samedi qu’ils ne porteraient pas les couleurs libérales aux prochaines élections, le 3 octobre.

Mis à jour le 2 avril
Florence Morin-Martel
Florence Morin-Martel La Presse

« Ç’a été un énorme privilège pour moi que de côtoyer Hélène, Jean et Nicole pendant plusieurs années », a dit à La Presse Dominique Anglade, cheffe du Parti libéral du Québec. La contribution des trois députés a été « immense », a-t-elle souligné. « Grâce à eux, nous sommes maintenant devenus de meilleurs politiciens », a soutenu Mme Anglade.

La députée Hélène David a affirmé qu’après deux mandats, elle quittait la politique avec « le sentiment du devoir accompli ». Elle a d’abord été élue dans la circonscription d’Outremont en 2014, puis dans celle de Marguerite-Bourgeoys en 2018. Elle a occupé tour à tour les fonctions de ministre de la Protection et de la Promotion de la langue française, ministre de la Culture et des Communications, ministre responsable de l’Enseignement supérieur et ministre responsable de la Condition féminine.

La députée Nicole Ménard, pour sa part, se retire après cinq mandats. « Tout au long de ma carrière politique, je me suis entièrement dévouée à l’amélioration de la qualité de vie des citoyens de Laporte et en comparant ma circonscription aujourd’hui versus ce qu’elle était à mon arrivée en 2007, je quitte avec le sentiment du devoir accompli », a-t-elle affirmé.

Jean Rousselle, député de Vimont, a annoncé avec « le cœur gros » qu’il quittait la vie politique, après une « longue réflexion ». Élu pour la première fois en 2012, il a été le porte-parole de l’opposition officielle pour les dossiers d’éthique et d’intégrité des marchés publics, de travail, puis d’agriculture.

Départs et arrivées

Avec l’annonce de M. Rousselle, il s’agit du troisième départ d’un député libéral à Laval. Samedi dernier, la députée de Fabre, Monique Sauvé, avait annoncé qu’elle tirerait sa révérence à l’automne. En décembre dernier, l’ex-ministre Francine Charbonneau, député de la circonscription de Mille-Îles, avait aussi annoncé qu’elle ne se représenterait pas aux prochaines élections.

En mars, la députée libérale Christine St-Pierre a confirmé qu’elle ne se représenterait pas aux prochaines élections. Les députés et ex-ministres Gaétan Barrette et Lise Thériault avaient déjà annoncé qu’ils ne seraient pas candidats à l’automne 2022.

De nouvelles candidatures ont aussi été dévoilées récemment. Christina Eyangos se présentera dans la circonscription de Bourget, Catherine Boundjia dans Mercier, Catherine St-Amour dans Soulanges. Toutes trois ont été militantes par le passé.

Selon Dominique Anglade, ces départs et ces arrivées témoignent du « renouveau de la formation politique qui s’opère ». Le « virage important » pris par le Parti libéral du Québec fera davantage de place à des enjeux tels que la santé mentale, la lutte contre les changements climatiques et l’accès à la propriété.

Avec la collaboration de Fanny Lévesque, La Presse