(Québec) François Legault estime que la présidente du Conseil du trésor et ministre responsable de la Réforme électorale, Sonia LeBel, a d’autres priorités que de débattre de son projet de loi sur la réforme du mode de scrutin.

Publié le 15 avr. 2021
Hugo Pilon-Larose
Hugo Pilon-Larose La Presse

La Presse rapportait mercredi que l’avenir d’un référendum sur la réforme du mode de scrutin, qui devait se tenir en même temps que la prochaine élection, en octobre 2022, est compromis. Le gouvernement ne s’engage plus à étudier le projet de loi 39 en commission parlementaire dans les prochaines semaines afin de l’adopter d’ici l’été. Or, le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) a encerclé cette date butoir afin d’être en mesure d’organiser un référendum dans les délais prescrits.

À la période de questions, jeudi, la cheffe de Québec solidaire, Manon Massé, a accusé le premier ministre d’ajouter son nom à la liste des politiciens qui ont rompu leur promesse de réformer le système électoral. François Legault a répliqué qu’il faut « être sur une autre planète, déconnectée de la réalité, pour ne pas comprendre qu’actuellement, toutes nos énergies doivent être mises sur la pandémie ».

L’effet de la troisième vague

Le premier ministre avait signé en mai 2018 un engagement avec Québec solidaire et le Parti québécois pour qu’une réforme du mode de scrutin soit en vigueur dans un premier mandat. Il se dit désormais satisfait d’avoir déposé un projet de loi sur une réforme électorale, une « proposition concrète, détaillée et bien orientée », alors que celui-ci pourrait ne pas être adopté à temps pour tenir un référendum lors de la prochaine élection.

« Est-ce que la cheffe de Québec solidaire est en train de dire qu’actuellement, la priorité de la présidente du Conseil du trésor, ça serait d’être assis pendant des heures en commission parlementaire à débattre de ce projet de loi là ? Est-ce que c’est ça, son sens des priorités ? », a questionné M. Legault en chambre. Sonia LeBel mène aussi le dossier des négociations pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public, entre autres.

Mercredi, des représentants du Mouvement pour une démocratie nouvelle (MDN) et de la Coalition pour la réforme électorale maintenant ! ont manifesté à Québec pour exiger du premier ministre qu’il rappelle le projet de loi en commission parlementaire.

« On va se pencher sur le moment qui sera le mieux choisi pour analyser le projet de loi », a répondu au Salon bleu jeudi François Legault, plaidant que la troisième vague de COVID-19 avait notamment bouleversé l’agenda législatif du gouvernement.