Ottawa accorde une aide financière de 56,8 millions à la Ville de Montréal afin d’appuyer la réalisation rapide de 12 projets de logements sociaux sur son territoire, ce qui représente 263 unités de logement.

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

Le gouvernement du Québec, de son côté, s’engage à financer le supplément au loyer de certains projets prévus dans cette annonce pendant 20 ans. Grâce à cette aide, les locataires admissibles débourseront seulement 25 % de leurs revenus pour se loger.

Cette aide financière a été annoncée jeudi matin au cours d’une conférence de presse virtuelle à laquelle participaient des politiciens fédéraux et provinciaux, ainsi que la mairesse de Montréal.

« Ces investissements permettront d’apporter une réponse à grande échelle et à court terme aux besoins aigus des populations en situation d’itinérance ou en grande précarité résidentielle, dont plusieurs ne cadrent pas dans les programmes d’habitation habituels. Plus que jamais, il est essentiel que chaque citoyen puisse vivre avec un toit au-dessus de sa tête », a souligné la mairesse Valérie Plante, qui demande depuis longtemps un financement accru pour le logement social.

Par exemple, les fonds fédéraux permettront à l’organisme Chez Doris de construire 22 unités de logements pour des femmes racisées ou autochtones victimes de violence, sur un ancien site touristique, a expliqué Mme Plante.

Un autre projet retenu permettra d’aménager 60 chambres et studios dans un immeuble désaffecté pour des personnes âgées à risque d’itinérance, a-t-elle mentionné.

Les premiers projets seront prêts à être habités d’ici le printemps 2022, a assuré Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec.

« L’engagement que nous prenons aujourd’hui représente une somme estimée à plus de 23,5 millions, dans le volet des grandes villes », a-t-elle précisé.

« Chaque Canadien et chaque Québécois a droit d’avoir un endroit sécuritaire et abordable où vivre. Trop souvent, des gens doivent faire un choix impossible entre payer le loyer ou l’épicerie », a reconnu Ahmed Hussen, ministre fédéral de la Famille, des Enfants et du Développement social, en soulignant que les villes étaient sur la ligne de front pour combattre la COVID-19.