(Québec) « Le party est fini » pour les chauffards en motoneige et en VTT, a déclaré vendredi le ministre des Transports, François Bonnardel, au lendemain du dépôt de son projet de loi pour encadrer la conduite des véhicules hors route.

Patrice Bergeron
La Presse Canadienne

Une formation pour les touristes qui louent ces machines et pour leurs guides deviendra également obligatoire-une suite à « l’horrible tragédie » de l’hiver dernier, soit la mort de cinq touristes français dans les eaux du lac Saint-Jean.

La réforme proposée par le projet de loi 71 aurait dû être faite depuis longtemps, car le bilan de sécurité est « désastreux », a justifié M. Bonnardel en conférence de presse. En 10 ans, le VTT et la motoneige ont causé pas moins de 581 morts et 6237 hospitalisations. Dans 60 % des accidents mortels, le conducteur avait consommé de l’alcool.

Si le projet de loi 71 est adopté, la conduite avec les facultés affaiblies deviendra interdite. La vitesse maximale imposée aux motoneigistes sera de 70 km/h, tandis qu’elle sera de 50 km/h pour les conducteurs de « quad ». Et à moins de 100 mètres d’une habitation, d’un établissement de santé ou d’une aire réservée à la pratique d’activités culturelles, éducatives, récréatives ou sportives, les pilotes devront ralentir à 50 km/h.

« Pour ceux qui faisaient de la vitesse et qui consommaient en sentiers, eh bien, le party est fini aujourd’hui », a lancé le ministre.

Les touristes ciblés

Beaucoup de touristes louent des motoneiges pour circuler sur les pistes en hiver. Ils devront suivre une formation, ainsi que leurs guides, si la pièce législative est adoptée.

« C’est une décision qu’on a prise très rapidement après l’horrible tragédie du mois de janvier », a confié la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, en entrevue avec La Presse Canadienne.

« La formation sera plus complexe et plus complète qu’apprendre à se servir de l’accélérateur et du frein », a-t-elle assuré.

Âge minimal imposé

Si le projet de loi 71 est adopté, il faudra avoir 16 ans et suivre une formation obligatoire pour conduire ces engins. La personne qui laisse un mineur n’ayant pas ces prérequis conduire ce type de véhicule s’expose à une amende maximale de 900 $, tandis que pour une entreprise de location, elle peut atteindre 25 000 $.

« On est précurseur, on sera la première province à demander un permis de conduire pour conduire un véhicule hors route », a dit M. Bonnardel.

Le projet de loi devra maintenant franchir les étapes législatives et donc être étudié en commission parlementaire avant qu’il ne soit éventuellement adopté.

Il y a 200 000 motoneiges et 400 000 VTT en circulation au Québec actuellement.