(Québec) Le prochain chef du Parti québécois (PQ) sera choisi le 19 juin dans ce qui s’annonce comme des primaires ouvertes. La course à la direction du parti, pour laquelle l’ex-députée Agnès Maltais agira à titre de présidente d’élection, devrait comprendre au moins deux débats, et les candidats devraient payer 25 000 $ en droits d’entrée pour s’y présenter.

HUGO PILON-LAROSE HUGO PILON-LAROSE
La Presse

Selon nos informations, l’exécutif national du PQ a transmis le 30 décembre dernier à la conférence de coordination du parti un projet de règles pour encadrer la course afin de trouver un successeur à Jean-François Lisée. Les membres de cette instance, notamment composée des présidents régionaux, du comité exécutif des jeunes, de députés et de l’exécutif national, débattront de la proposition et adopteront les règles définitives de la course le 1er février prochain.

L’exécutif national souhaite notamment ouvrir l’élection du prochain chef aux « sympathisants », moyennant une contribution de 5 $. Dans les nouveaux statuts du parti, qui ont été modernisés l’automne dernier lors d’un congrès de refondation à Trois-Rivières, ces non-membres sont désignés comme des « citoyens qui partagent les objectifs fondamentaux [du PQ] sans nécessairement y militer activement ». Il est aussi précisé qu’un sympathisant doit être âgé d’au moins 16 ans et qu’il doit souscrire à la déclaration de principe du parti.

Le projet de règles pour la course, soumis à la conférence de coordination du PQ, prévoit aussi que les aspirants chefs devront récolter 2000 signatures provenant de 9 régions administratives et d’au moins 50 circonscriptions, entre autres. Selon nos informations, le droit d’entrée dans la course serait de 25 000 $, soit 10 000 $ lors de la prise du bulletin de candidature, qui se ferait au plus tôt le 2 mars prochain, et 15 000 $ lors du dépôt de bulletin de candidature, au plus tard le 9 avril.

Selon plusieurs militants péquistes à qui La Presse a parlé, l’objectif est d’assurer une course ouverte à une diversité de candidats, tout en maintenant une certaine barrière à l’entrée pour que ceux qui s’y lancent prennent l’exercice au sérieux. D’autres membres du PQ ont également souligné que le coût d’entrée n’était pas très élevé, alors que le Parti libéral du Québec (PLQ) exige pour sa part 50 000 $ comme droit d’entrée dans sa propre course.

Le 1er février, les membres de la conférence de coordination pourront adopter les propositions de règles telles quelles ou les modifier.

Déjà plusieurs candidats potentiels

Si elle n’est toujours pas commencée, la course à la direction du PQ prend déjà son envol. En novembre dernier, le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, a officialisé sa candidature et a affirmé qu’il placerait le thème d’une transition écologique « juste » au cœur de ses propositions.

L’avocat et ex-candidat péquiste Paul Saint-Pierre Plamondon, qui a notamment rédigé par le passé le rapport « Oser repenser le PQ », doit également annoncer cet hiver qu’il se lance dans la course. L’automne dernier, plus d’une trentaine d’anciens candidats péquistes et de présidents d’associations régionales ont cosigné une lettre pour l’inciter à se présenter.

L’historien Frédéric Bastien et l’avocat en immigration Stéphane Handfield ont également multiplié ces dernières semaines les rencontres afin d’évaluer leurs appuis au sein des militants. Ils pourraient confirmer leur participation à la course une fois les règles adoptées, le 1er février. Quant à l’humoriste Guy Nantel, il a écrit par le passé sur Facebook qu’il réfléchissait toujours « le plus sérieusement du monde » être à candidat, mais que sa décision n’était pas prise.