(Québec) Bien que le Parti libéral du Québec ait perdu le pouvoir aux dernières élections et qu’il se soit fait ravir récemment la circonscription de Jean-Talon - considérée comme un château fort libéral -, l’ancien premier ministre du Québec Jean Charest se dit confiant quant à la reconstruction et au retour en force de son ancien parti.

Nathaëlle Morissette Nathaëlle Morissette
La Presse

« J’ai bien confiance sur le retour du Parti libéral du Québec. C’est un cycle dans la vie politique, a-t-il mentionné mercredi au cours d’un rapide point de presse, alors qu’il venait de donner une conférence à Québec sur les tendances mondiales et les échanges commerciaux devant les principaux acteurs de l’industrie porcine au pays. Le Parti libéral du Québec a connu presque 15 ans de gouvernement ininterrompu, il est normal qu’il retourne dans l’opposition. C’est bien enclenché pour la période de reconstruction. L’impératif de se reconstruire, de se rebrancher sur l’électorat, ça fait partie de la vie de tous les jours. »

Questionné sur le fait que les troupes libérales n’aient pas de député à l’extérieur de la grande région de Montréal et de l’Outaouais, il a répondu que le PLQ était « très enraciné dans l’histoire » et  qu’il avait « beaucoup marqué le développement du Québec ».