(Québec) Il est encore temps pour les parlementaires de se ressaisir et éviter une crise de confiance, estime l’ancien président François Gendron.

Caroline Plante
La Presse canadienne

L’ex-député d’Abitibi-Ouest, qui a siégé 42 ans, a appelé toutes les parties à respecter davantage l’institution qu’est la présidence de l’Assemblée nationale, dans une entrevue accordée à La Presse canadienne « pour contribuer à la démocratie ».

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

L'ex-deputé du Parti québécois, François Gendron

Reconnaissant n’avoir jamais « décroché » de la politique, plus d’un an après son départ à la retraite, M. Gendron dit avoir suivi de près les travaux de l’Assemblée et les récents déboires du président François Paradis.

Depuis deux semaines, les gestes de contestation se multiplient envers M. Paradis, qui n’arrive pas à s’imposer, ce qui détériore le climat. Jeudi dernier, le leader libéral Marc Tanguay a carrément refusé d’obéir à ses ordres.

Il est rare qu’un président perde la confiance de la Chambre. La dernière fois, en 2011, le président Yvon Vallières avait dû démissionner après que le leader Stéphane Bédard lui eut retiré sa confiance.

Joint à son domicile de La Sarre, en Abitibi, M. Gendron s’est inquiété de voir « trop de hargne dans le parlement présentement ». « Ça n’a pas de bon sens ! » s’est-il exclamé. Une rencontre entre le président Paradis et les leaders de chaque formation politique s’imposerait.

Soigner ses relations

Il plonge dans ses souvenirs et se remémore les mandats à la présidence de Michel Bissonnet et de Jacques Chagnon, deux hommes qu’il semble admirer particulièrement pour l’amour qu’ils portaient aux 125 députés, à l’intérieur comme à l’extérieur de la Chambre.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Michel Bissonnet en 2003

« Michel, sa marque, c’était qu’on sentait qu’il respectait et adorait tous les parlementaires. Dès que tu étais un député, tu sentais que lui, il s’était donné comme mandat de protéger les députés. Ça, il faut que ça se sente. Jacques était très très près aussi de cette réalité-là. […] Il faut que l’enceinte des 125 parlementaires se sente respectée, avec un jugement de non-partisanerie total. »

MM. Bissonnet et Chagnon ont été présidents de l’Assemblée nationale de 2003 à 2008, et de 2011 à 2018 respectivement, tandis que M. Gendron a régné brièvement comme président du 21 octobre 2008 au 13 janvier 2009. Il a été vice-président pendant neuf ans.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Jacques Chagnon en 2017

Tous les présidents ont eu « des situations à gérer », des « périodes critiques », a-t-il affirmé. Lui-même avait dû sanctionner le premier ministre Jean Charest dès son arrivée à la présidence. Une première semaine « infernale », a-t-il raconté. « Ça a été rough. »

Mais, « tout se redresse », d’après lui. « Ça dépend si on observe des changements de façons de faire. »

Le président détient une part de responsabilité, certes, mais il incombe aussi aux leaders de cesser d’interrompre la période des questions pour se plaindre, estime celui qui détient le record de longévité à l’Assemblée nationale.

« Il n’y a pas de questions de règlement en période des questions à Ottawa », illustre-t-il à titre d’exemple. Les questions de règlement sont soulevées par les leaders lorsque, par exemple, un mot antiparlementaire est prononcé.

« Laissez le président présider ! » conclut M. Gendron, en insistant sur le droit du président de non seulement voir les choses différemment des leaders, mais d’utiliser sa « marge de manœuvre » pour interpréter le règlement selon l’humeur au Salon bleu.

« Il faut que ça soit ferme et fini. »