(Québec) Une semaine après avoir échoué en raison des objections des libéraux, l’Assemblée nationale a réussi, mardi, à parler d’une seule voix pour déplorer la répression des élus et militants indépendantistes en Catalogne.

Patrice Bergeron
La Presse canadienne

La motion fait écho aux peines de 9 à 13 ans prononcées contre des élus catalans par un tribunal espagnol pour avoir tenu un référendum sur l’indépendance.

Québec solidaire (QS) a déposé une motion dont la formulation a été adoucie par rapport à celle avortée de la semaine dernière et les libéraux l’ont cette fois approuvée.

Plutôt que de déplorer les «lourdes peines d’emprisonnement» infligées à des élus catalans, la motion affirme maintenant que l’Assemblée nationale «s’inquiète» des peines prononcées contre ces élus, «des peines très sévères dans un État démocratique européen», poursuit-on.

Également, le nouveau libellé affirme que «l’Assemblée nationale déplore la montée des tensions et l’augmentation des violences en Catalogne», alors que la semaine dernière, le texte était plus dur : «Que l’Assemblée nationale déplore l’intimidation institutionnelle et la violence des gestes posés envers des élus et des membres de la société civile de la Catalogne.»

Tous les élus de tous les partis ont voté en faveur de la motion mardi, mais le premier ministre François Legault était toutefois absent au moment du vote.

QS a reconnu qu’il avait dû «mettre de l’eau dans son vin» pour obtenir l’adhésion de tous. «Beaucoup de gens en Catalogne ont les yeux tournés vers le Québec», a dit en mêlée de presse le leader parlementaire de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, qui a mené les tractations avec son vis-à-vis libéral.

«On aime le vin un “peu plus fort”, mais à un moment donné, l’Assemblée nationale ne peut pas rester silencieuse quand il est question d’autodétermination et de respect des libertés fondamentales», a-t-il expliqué.

M. Nadeau-Dubois a dressé un parallèle avec le Québec, où des citoyens ont milité pour le Oui ou le Non à l’indépendance dans des campagnes référendaires.

«Imaginez si des membres de notre famille s’étaient ramassés en prison pour avoir été députés du mauvais côté de la Chambre, on aurait trouvé ça inadmissible», a-t-il conclu.

La motion adoptée se lit comme suit : «Que l’Assemblée nationale déplore la montée des tensions et l’augmentation des violences en Catalogne ; Qu’elle s’inquiète des peines d’emprisonnement récemment infligées à des politiciens catalans élus légitimement et démocratiquement, des peines très sévères dans un État démocratique européen ; Qu’elle réitère son appel à la négociation afin de trouver une solution politique, démocratique et pacifique au conflit actuel ; Que l’Assemblée nationale appelle également au respect des droits et libertés fondamentales de l’ensemble des citoyens et citoyennes de la Catalogne et de l’Espagne.»

Le Québec et la Catalogne entretiennent des relations bilatérales. Les deux gouvernements ont signé une entente de coopération en 1996 qui s’étend à plusieurs domaines, dont la culture et l’éducation.

En 1999, le gouvernement a ouvert un Bureau du Québec à Barcelone, une sorte de représentation diplomatique. Le gouvernement Legault a nommé Isabelle Dessureault directrice du Bureau du Québec l’été dernier.