(Québec) Québec solidaire (QS) affirme que le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) est une «bonne vieille droite adéquiste qui tape sur la tête des fonctionnaires», quand il prévient les syndicats de la fonction publique que les hausses salariales des prochaines conventions collectives se limiteront à l’inflation.  

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

La semaine dernière à Rivière-du-Loup, le premier ministre François Legault a affirmé que les surplus de l’État seraient grugés par l’application des promesses électorales de la CAQ. À l’aube du renouvellement des conventions collectives du secteur public, les quelque 400 000 fonctionnaires devront se contenter de l’inflation, a-t-il dit.  

«C’est le retour de la ligne dure de l’ADQ», a martelé lundi le leader parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois.  

«Quand le premier ministre dit que les surplus ne sont pas pour les syndicats […], il n’est pas en train de parler des dirigeants syndicaux. Ce qu’il est en train de dire, c’est que les orthophonistes, les intervenantes en garderie, les techniciens en radiologie, les employés de nos parcs nationaux, les inspecteurs du ministère de l’Environnement, que toutes ces personnes-là ne méritent pas qu’on les aide», a-t-il ajouté.  

Or, QS refuse de préciser les augmentations salariales les travailleurs de l’État seraient en droit d’avoir.

«Quand on entend que [dans] le secteur public […] les gens sont en burnout, parce que la charge de travail est trop grande, il y a quelque chose qui ne va pas. Il faut améliorer les conditions de travail», a dit Manon Massé.

Au terme de son caucus présessionnel, qui s’est déroulé dimanche et lundi à l’Assemblée nationale, Québec solidaire fait des inégalités économiques le troisième pilier de son action politique, après la défense de l’environnement et l’indépendance.