(Ottawa) À moins d’un revirement de taille, Justin Trudeau entend participer à deux débats seulement durant la campagne électorale, soit ceux qui seront organisés par la Commission des débats des chefs.

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

Dans les rangs libéraux, on ne voit pas un avantage quelconque à prendre part aux trois autres joutes oratoires qui ont été proposées étant donné que la campagne sera nettement moins longue que celle de 2015, qui avait duré en tout 78 jours et qui avait donné lieu à cinq débats entre les chefs des principales formations politiques.

Justin Trudeau, qui doit déclencher des élections au plus tard le 15 septembre, a déjà confirmé sa présence aux deux débats qui seront chapeautés par la Commission des débats des chefs. Le premier, en anglais, doit avoir lieu le lundi 7 octobre tandis que le deuxième, en français, est prévu pour le jeudi 10 octobre.

« Il n’y a pas beaucoup d’avantages pour nous à ce qu’il participe à tous ces débats », a indiqué à La Presse un stratège libéral, qui a requis l’anonymat afin de pouvoir s’exprimer plus librement sur ce dossier.

« L’invitation reste ouverte »

Le magazine Maclean’s s’est associé au réseau CityTV pour organiser un troisième débat mettant aux prises quatre chefs le jeudi 12 septembre à Toronto. Trois des quatre chefs ont confirmé leur participation, soit Andrew Scheer, Jagmeet Singh et Elizabeth May.

« Pour l’instant, on n’a aucune confirmation de la présence du chef libéral. On voudrait bien savoir ce qu’il en pense. L’invitation reste ouverte », a indiqué hier le modérateur de ce débat, le journaliste Paul Wells, dans un courriel à La Presse.

Le débat se tiendra avec ou sans M. Trudeau. Nous croyons que le débat vaudra le coup, que ce soit à trois (conservateur, NPD, vert) ou à quatre.

Paul Wells, modérateur du débat Maclean’s/CityTV, par courriel

La fondation Munk Debates souhaite quant à elle organiser un débat portant uniquement sur les affaires étrangères, comme elle l’avait fait en 2015. Pour l’heure, Andrew Scheer, Jagmeet Singh et Elizabeth May ont accepté l’invitation, tandis que Justin Trudeau n’y a pas encore donné suite. La fondation songe à annuler le débat si M. Trudeau n’y participe pas.

« Trop près » des élections

Enfin, le réseau TVA a invité les chefs à croiser le fer sur ses ondes dans le cadre des fameux « Face-à-Face » qu’organise le réseau durant les campagnes fédérales ou provinciales. Le hic, c’est que la date qui a été retenue pour ce cinquième débat est le mercredi 16 octobre, soit cinq jours avant le jour du scrutin. Dans les rangs libéraux, on ne veut pas que Justin Trudeau s’engage à participer à un débat si près du jour J.

« C’est trop près de la date des élections », a affirmé le stratège libéral.

L’autre facteur qui pèse lourd dans la balance, c’est que si M. Trudeau accepte de participer à un autre débat en anglais, par exemple, il devra accepter de croiser le fer dans un second en français pour respecter l’équilibre entre les deux langues officielles.

Le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, s’est dit prêt à prendre part à toutes ces joutes oratoires et a dit espérer pouvoir en découdre avec Justin Trudeau.

La semaine dernière, M. Scheer a d’ailleurs lancé quelques flèches en direction du premier ministre, l’accusant de vouloir éviter au moins deux rendez-vous de grande écoute parce qu’il ne veut pas défendre son bilan. « Pourquoi Justin Trudeau refuse-t-il de participer au débat de Maclean’s/CityTV et au débat Munk ? Pourquoi se cache-t-il ? Le fait que Trudeau ait beaucoup de choses à cacher ne justifie pas qu’il ne participe pas aux débats », a-t-il notamment déclaré.

Recrutement terminé au Parti conservateur

À quelques jours du déclenchement des élections, le Parti conservateur a annoncé hier avoir nommé l’ensemble de ses candidats dans les 338 circonscriptions au pays, devenant ainsi la première formation politique à le faire.

Andrew Scheer s’est félicité hier d’avoir recruté « l’un des groupes les plus diversifiés sur les plans personnel et professionnel » de l’histoire du parti. Il a souligné que son équipe comprend un nombre record de femmes, soit 105 candidates en tout, et compte aussi « des Canadiens autochtones, des Canadiens LGBTQ+, des musulmans, des sikhs, des juifs, des chrétiens, des hindous, des bouddhistes et des nouveaux Canadiens ».

Au chapitre du recrutement de candidats, le Nouveau Parti démocratique (NPD) accuse un retard considérable comparativement aux autres partis, n’ayant que 174 candidats choisis sur un total de 338.

Le Parti populaire du Canada a pour sa part 314 candidats qui ont été confirmés jusqu’ici, tandis que le Parti libéral du Canada en a 274. Le Parti vert suit de près avec 273 candidats. Au Québec, le Bloc a maintenant 52 candidats choisis sur une possibilité de 78.