(Ottawa) La chicane est prise entre les verts du Québec et du Canada. Le chef québécois Alex Tyrrell estime que la plus récente prise de position d’Elizabeth May sur les sables bitumineux « va à l’encontre de notre position au Québec ».

Catherine Lévesque
La Presse canadienne

Selon M. Tyrrell, Mme May souhaite que le Canada délaisse les importations de pétrole étranger le plus rapidement possible. Cette promesse d’être autonome sur le plan énergétique — et de favoriser, donc, les sables bitumineux de l’ouest du pays — se rapproche de la position du Parti conservateur du Canada.

PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Elizabeth May.

Dans une publication sur sa page Facebook, M. Tyrrell dit qu’il compte « faire campagne activement » pour renverser cette prise de position de Mme May lors du prochain congrès des verts. Il dit ne pas avoir été consulté sur cette prise de position « controversée et incohérente », à son avis.

Le chef adjoint du Parti vert du Canada, Daniel Green, croit qu’il est « malhonnête » de penser que Mme May fait la promotion du pétrole des sables bitumineux, alors qu’elle a été arrêtée lors d’une manifestation contre le pipeline Trans Mountain.

Le parti fédéral prône une « transition juste » des hydrocarbures aux énergies vertes, explique M. Green. Mais il ne se fait pas d’illusions : ce changement ne se fera pas du jour au lendemain, considérant le nombre de raffineries dans l’Ouest canadien.

Le PVC estime que le Canada aura toujours besoin des hydrocarbures pour fabriquer quelques produits, mais au final, le but visé est d’avoir une « réduction importante et massive » de l’utilisation du pétrole.

Ce n’est pas la première fois que le chef du Parti vert du Québec s’élève contre Mme May. En 2016, M. Tyrrell avait critiqué l’opposition de Mme May au mouvement BDS, qui appelle à un boycott des produits en provenance d’Israël.