Source ID:e43418d76d47361fa5b9d34f7a375888; App Source:StoryBuilder

Parti vert du Canada: vers une percée historique?

Paul Manly, député de Nanaimo-Ladysmith, en Colombie-Britannique, et Elizabeth... (PHOTO CHRIS WATTIE, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Paul Manly, député de Nanaimo-Ladysmith, en Colombie-Britannique, et Elizabeth May, chef du Parti vert du Canada

PHOTO CHRIS WATTIE, ARCHIVES REUTERS

Alors que le député Paul Manly faisait hier son entrée à la Chambre des communes - devenant le deuxième élu du Parti vert à siéger au Parlement - et que les verts ont fait des gains considérables lors des élections provinciales à travers le pays, la chef Elizabeth May se permet de rêver tout haut à une « vague verte » au scrutin fédéral d'octobre. Réaliste ?

« Nous avons le momentum. » La chef du Parti vert du Canada, Elizabeth May, peine à cacher son enthousiasme. Elle voit grand pour les verts en 2019, estimant que le scrutin fédéral de l'automne pourrait se solder par « une percée historique » de sa formation politique, à l'heure où l'urgence climatique est sur toutes les lèvres.

Le député du Parti vert Paul Manly faisait hier... (PHOTO CHRIS WATTIE, REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Le député du Parti vert Paul Manly faisait hier son entrée à la Chambre des communes, accompagné de la chef, Elizabeth May.

PHOTO CHRIS WATTIE, REUTERS

« La montée des verts, c'est vraiment encourageant. Pour la prochaine élection, rien n'est impossible », a assuré la leader dans une entrevue accordée à La Presse, quelques jours avant l'annonce de la décision des ministres démissionnaires, Jody Wilson-Raybould et Jane Philpott, de briguer les suffrages comme candidates indépendantes, à l'automne.

Ce n'est pas un secret que Mme May avait déroulé le tapis rouge pour tenter de recruter les deux femmes en prévision de la prochaine campagne.

Le Parti vert a le vent dans les voiles depuis quelques mois. Sur la scène provinciale, les verts ont réussi à faire élire trois députés au Nouveau-Brunswick et un premier en Ontario. À l'Île-du-Prince-Édouard, le Parti vert de Peter Bevan-Baker forme depuis avril dernier l'opposition officielle - une première au pays.

« La croissance se manifeste partout au pays, dans les résultats dans les provinces, mais aussi au fédéral. [...] Au Canada, nous avons la chance de faire de grandes choses, de faire une percée historique », a fait valoir Mme May.

La montée s'est transposée sur l'échiquier fédéral, il y a trois semaines, avec la victoire convaincante du candidat vert Paul Manly lors de l'élection partielle de Nanaimo-Ladysmith, en Colombie-Britannique, avec 37,3 % des voix, ce qui le plaçait loin devant les conservateurs (24,9 %), les néo-démocrates (23 %) et les libéraux (11 %).

« Nous faisons du progrès à chaque élection [fédérale], et pour 2019, nous sommes plus que prêts », a martelé Elizabeth May, qui a remporté son siège aux Communes en 2011. Si elle croit que sa formation politique causera la surprise aux élections d'octobre, la chef May hésite toutefois à chiffrer le nombre de députés qu'elle espère voir élire.

« La question n'est pas le nombre de sièges [qu'on obtiendra], mais l'influence que nous aurons au Parlement », a expliqué l'élue de Saanich-Gulf Islands, admettant néanmoins qu'elle souhaiterait en arriver à détenir la balance du pouvoir. 

« Je pense que ce n'est pas une idée [farfelue] que d'imaginer l'élection d'un gouvernement [vert] minoritaire. »

- Elizabeth May, chef du Parti vert du Canada, à La Presse

Reste que le nombre de 12 députés plaît beaucoup à Mme May, puisqu'il permettrait aux verts d'être un parti officiellement reconnu à la Chambre des communes.

« Avec un nombre élevé de députés verts, nous pourrions aider le Parlement entier à travailler d'une façon plus collaborative », surtout sur l'enjeu des changements climatiques, poursuit-elle. « Notre but n'est pas de travailler dans l'adversité. [...] Nous n'avons pas le temps d'attendre encore quatre ans. Il faut agir maintenant », a ajouté Mme May.

Le « terreau » du Québec

Un voeu cher à Elizabeth May lors de la prochaine campagne serait l'élection d'un premier député du Parti vert du Canada sur le sol québécois. « J'ai hâte à une grande percée au Québec », a-t-elle soutenu, encouragée par le résultat obtenu par le chef adjoint de la formation politique, Daniel Green, à la partielle d'Outremont en février dernier.

M. Green a récolté 12,5 % des voix, derrière les libéraux (40,4 %) et les néo-démocrates (26,1 %), mais devant le Bloc québécois (11,2 %). « Je pense que le terreau est fertile au Québec pour nous parce que c'est clair que c'est une population vraiment écolo, de plus en plus soucieuse de l'avenir et des changements climatiques », indique-t-elle.

Elle confirme au passage que sa formation politique présentera un candidat dans chacune des 78 circonscriptions québécoises - et également partout au Canada, assure-t-elle. Mme May se dit par ailleurs bien consciente de ne pas se battre à armes égales avec les grands partis politiques en matière de financement et d'organisation.

« Nous ne sommes pas comme les autres, nous n'avons pas une grande organisation avec beaucoup d'employés, mais nous en avons dans chaque région du Canada et ils travaillent avec nos bénévoles », a-t-elle précisé.

Mme May explique qu'elle entend notamment s'inspirer du chef Bevan-Baker à l'Île-du-Prince-Édouard pour mener la campagne fédérale dans un esprit « de collaboration » et en ne préconisant pas seulement des engagements environnementaux, mais en mettant aussi de l'avant des mesures sociales.

Prudence avant d'en appeler à une « vague verte »

Des bénévoles du Parti vert du Canada étaient... (PHOTO CHAD HIPOLITO, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE) - image 3.0

Agrandir

Des bénévoles du Parti vert du Canada étaient à l'oeuvre avant la fermeture des bureaux de vote lors de l'élection partielle dans Nanaimo-Ladysmith, en Colombie-Britannique, le 6 mai dernier.

PHOTO CHAD HIPOLITO, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Avec sa performance sur la scène provinciale doublée de son récent gain dans la partielle de Nanaimo-Ladysmith, le Parti vert du Canada peut-il vraiment envisager une « vague verte » aux prochaines élections fédérales ? Des experts se prononcent.

Vote « décomplexé »

« Un vote pour les verts compte », a lancé le candidat Paul Manly lors de sa victoire dans Nanaimo-Ladysmith. Le chef adjoint du Parti vert du Canada, Daniel Green, avait le même discours le soir des élections provinciales de l'Île-du-Prince-Édouard. « C'est une stratégie argumentaire », nuance Thierry Giasson, professeur titulaire au département de science politique de l'Université Laval. « Mais je pense que oui. Il y a aujourd'hui cette idée de décomplexer le vote vert, d'affirmer un peu plus haut et fort sa volonté de voter pour des partis écologiques », ajoute-t-il, dans le contexte où l'environnement et la lutte contre les changements climatiques deviennent des préoccupations de plus en plus prioritaires pour les électeurs canadiens. C'est un message qu'on risque d'ailleurs d'entendre abondamment en campagne, estime Don Desserud, professeur de science politique à l'Université de l'Île-du-Prince-Édouard, où le Parti vert de Peter Bevan-Baker forme l'opposition officielle. « Ce que les verts vont tenter de faire, c'est de convaincre ceux qui ont peur, en appuyant le Parti vert, de favoriser l'élection d'un autre parti. Ces gens, à qui ça prend une permission pour voter vert, bien les résultats récents leur en donnent une », dit-il.

Vague verte, vraiment ?

Les experts consultés par La Presse sont prudents lorsqu'on leur demande si une « vague verte », comme l'envisage la chef Elizabeth May, est probable. Elizabeth May n'est pas Jack Layton, soulignent en tout respect les professeurs Desserud et Giasson, faisant allusion à la fameuse vague orange qui avait déferlé sur tout le pays en 2011. « Les verts sont très forts quand vient le temps de battre le tambour », illustre M. Giasson. « Leur discours, en ce moment, c'est celui de : ‟Nous sommes en progression, en montée". Et c'est un discours qui est fondé dans la réalité. Mme May, ce qu'elle observe, c'est la réalité. Les verts ont fait des gains partout dans les provinces où il y a eu des élections. » M. Giasson explique néanmoins que ces gains ne se transposeront pas automatiquement sur la scène fédérale. Il estime qu'une « vague verte » pourrait se traduire par exemple par l'obtention de suffisamment de sièges pour obtenir la balance du pouvoir. « Mais ce scénario impliquerait l'effondrement total du NPD, une mauvaise campagne de Justin Trudeau et une campagne juste moyenne pour les conservateurs », prévient-il. Don Desserud croit pour sa part « qu'il ne serait pas impossible » que le Parti vert du Canada fasse élire une douzaine de candidats à l'échelle du pays. Ce qui serait en soi une « percée incroyable », croit-il.

Libéraux désillusionnés

Si les experts interrogés s'entendent sur le fait que la perte de vitesse du Nouveau Parti démocratique (NPD) sur l'échiquier fédéral risque de favoriser les candidats du Parti vert, ils croient aussi que des électeurs libéraux pourraient également migrer vers les verts. « Il y a les libéraux désillusionnés de Trudeau qui sont à la recherche d'une option qui ne renie pas leurs valeurs profondes », indique M. Desserud. « Alors que Jagmeet Singh n'est pas un leader vu comme très fort [...], l'option verte peut se présenter pour eux. » Si la droite conservatrice a longtemps été divisée, c'est maintenant à la gauche de l'être davantage, a-t-il poursuivi. « M. Trudeau fera appel au vote stratégique », prédit M. Giasson, pour éviter par exemple que les conservateurs profitent de cette division pour se faufiler dans certaines circonscriptions. « Il y en a qui vont voter stratégiquement. [...] Il y a des électeurs qui vont se dire qu'il faut voter pour ses convictions, que c'est l'élection qui doit tout changer, que ça pourrait être la première élection d'une révolution verte », ajoute-t-il. M. Giasson souligne au passage que le Parti vert « cible » davantage le gouvernement de Justin Trudeau en tentant de démontrer les « contradictions dans son discours et ses actions ».

Urgence environnementale

Le déplacement possible du vote libéral inquiète l'environnementaliste et metteur et scène Dominic Champagne, qui craint le retour « des intérêts pétroliers » au pouvoir. « Je me réjouis de la montée des verts, affirme-t-il. Je me méfie aussi. Si Trudeau n'arrive pas à trouver les moyens de se poser avec une volonté politique réelle face à l'environnement, en réalité, ça risque de favoriser les conservateurs. On risque de se retrouver dans une situation extrêmement critique », ajoute M. Champagne. L'initiateur du Pacte pour la transition estime que le « grand signal » dans la percée des verts s'explique aussi par la « situation difficile » dans laquelle le gouvernement de Justin Trudeau se trouve actuellement avec son bilan environnemental. « Il avait une ambition importante en termes de lutte contre les changements climatiques et qui a dérapé depuis un an. Il s'est discrédité avec l'achat du pipeline [Trans Mountain], notamment », analyse-t-il. Dominic Champagne constate d'ailleurs la montée d'un vote de « protestation face à l'inaction et l'impuissance du gouvernement ». Celui qui dit ne pas être capable de se résoudre à la possibilité du retour des conservateurs au pouvoir estime que Justin Trudeau doit maintenant « poser des gestes » s'il veut renverser la tendance.

Effet Québec solidaire ?

Au Québec, Thierry Giasson et Don Desserud n'excluent pas que le Parti vert du Canada puisse faire élire des députés pour la première fois en 2019. « Au Québec, le Parti vert est une organisation plus petite, plus marginale », souligne toutefois M. Giasson. Mais l'élection de 10 députés de Québec solidaire à l'Assemblée nationale à l'automne dernier laisse croire que la possibilité est bien réelle. « Québec solidaire a fait une campagne presque seulement sur l'environnement et ils ont fait des gains énormes, alors je pense que ça démontre qu'au Québec, mais aussi au Canada, de plus en plus d'électeurs sont préoccupés par cet enjeu », dit-il. Don Desserud abonde dans le même sens. « [Les circonscriptions de l'île de Montréal, par exemple], ce sont des endroits où les gens sont à la recherche d'alternative, de changements. Si les candidats du Parti vert sont crédibles », ils pourraient faire des gains, assure-t-il. M. Desserud croit cependant que les verts fédéraux devront se doter d'un programme électoral plus large, mettant de l'avant des mesures sociales d'envergure, comme l'ont fait les verts de Peter Bevan-Baker à l'Île-du-Prince-Édouard.

L'enjeu de la « question de l'urne »

Une série de tornades a dévasté des terres... (PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE) - image 4.0

Agrandir

Une série de tornades a dévasté des terres dans la région frontalière entre le Québec et l'Ontario, en septembre dernier.

PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Les changements climatiques, la « question de l'urne » au scrutin fédéral ? Un candidat vedette du Parti libéral a formulé ce voeu, mais la ministre de l'Environnement Catherine McKenna n'est pas prête à aller aussi loin.

« Je ne sais pas quelle sera la question de l'urne, alors je ne veux pas me prononcer là-dessus », a prudemment répondu la ministre en entrevue avec La Presse. Tout de suite, elle a enchaîné en disant que les Canadiens auraient « un choix » au mois d'octobre.

« Sur l'enjeu des changements climatiques, il y a le Parti conservateur qui se demande comment revenir dans le passé et qui cherche à nier ce qui se passe et nier la science, et nous, qui avons un plan sérieux », a-t-elle affirmé.

Cette semaine, alors que s'entame la dernière ligne droite des travaux parlementaires avant les élections du 21 octobre, les députés de la Chambre des communes doivent voter sur la motion décrétant l'« urgence climatique nationale » déposée par la ministre McKenna.

La manoeuvre, cousue de fil blanc, visait à embêter le Parti conservateur, à couper l'herbe sous le pied du Nouveau Parti démocratique - où l'on avait déposé une motion semblable tout juste avant - ainsi qu'à contrer la montée du Parti vert d'Elizabeth May.

Dans le camp libéral, on signale que l'environnement sera un enjeu important, mais pas nécessairement le thème numéro un. On demeure bien conscient qu'il pourrait s'inviter dans le débat, des procédures judiciaires ayant été intentées contre la taxe carbone.

« On a des premiers ministres provinciaux qui nous traînent en cour. Donc maintenant, au lieu de parler du meilleur plan pour lutter contre les changements climatiques, on débat à savoir si, oui ou non, il faut mener la lutte. »

- Une source gouvernementale

Le fédéral a eu gain de cause en Saskatchewan, mais le premier ministre Scott Moe devrait porter la décision en appel. En Ontario, où le gouvernement de Doug Ford conteste l'imposition de la tarification, le verdict doit tomber dans les prochaines semaines.

Du côté de la Colombie-Britannique, l'opposition au projet d'oléoduc Trans Mountain, infrastructure acquise au coût de 4,5 milliards par le gouvernement Trudeau, pourrait faire perdre des plumes aux libéraux. C'est dans ce contexte que le candidat vedette Terry Lake, ex-ministre britanno-colombien de la Santé, a déclaré la semaine dernière lors de son investiture qu'il pousserait pour que le climat soit la question de l'urne.

« Vous avez acheté un pipeline ! »

Les néo-démocrates, qui déposeront vendredi prochain à Montréal leur plan de lutte contre les changements climatiques, auront une réponse toute prête. « Ils vont nous dire : "On a instauré un prix sur la pollution." Oui, d'accord, mais vous avez acheté un pipeline ! Les gens voient bien l'incohérence de ça », a suggéré le député Alexandre Boulerice à La Presse.

Il pense que les électeurs, au moment de faire une croix sur leur bulletin de vote le 21 octobre, auront en tête le thème « incontournable » du climat. « Je pense que l'environnement a toujours fait partie des préoccupations des gens. Est-ce que ç'a déjà été un ballot question autant que ça va l'être en octobre prochain ? Je pense que non. Je pense que ça va être une première dans l'histoire politique canadienne », a-t-il prédit.

Le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, présentera d'ici au 21 juin le plan environnemental de sa formation. Il a déjà révélé qu'il respecterait les cibles de réduction de gaz à effet de serre prévues dans l'accord de Paris sur le climat.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer