Le philosophe Charles Taylor a dénoncé le projet de loi 21, hier soir, dans une salle bondée de l'Université McGill. Il a invité les opposants au projet à se battre « tous ensemble ».

Publié le 3 avr. 2019
JANIE GOSSELIN LA PRESSE

« Je suis un Québécois de longue date et j'ai honte. J'ai honte quand ce genre de législation est adopté par mon pays », a-t-il dit, passant de l'anglais, dans lequel la discussion se déroulait, au français pour exprimer ces paroles.

Le professeur se prononçait sur l'enjeu des symboles religieux à l'invitation de l'association des étudiants musulmans en droit de McGill. Dans le panel se trouvaient aussi Catherine McKenzie, avocate, et Nadia Naqvi, enseignante dans une école publique au secondaire. Comme Mme Naqvi porte le voile, elle est directement visée par le projet de loi.

L'avocate Catherine McKenzie, qui travaille principalement dans les domaines du droit constitutionnel, de l'emploi et des actions collectives, a appelé les travailleurs visés par le projet de loi et portant un symbole religieux à se manifester. « Ce que nous travaillons à faire, c'est trouver les arguments légaux pour savoir comment aller de l'avant et attaquer ça. Si la pression politique, si la désobéissance civile [ne fonctionnent pas], s'ils n'écoutent pas et que ce projet devient une loi, alors nous espérons emmener ça en cour », a-t-elle souligné.

Un « acte d'autodestruction »

Charles Taylor a dit comprendre « l'anxiété » des partisans de la loi, « mais elle n'est pas fondée », selon lui. En point de presse, il a qualifié le projet « d'acte d'autodestruction ».

Dans la salle, une foule bigarrée suivait attentivement les arguments : beaucoup d'étudiants, mais aussi quelques têtes grisonnantes, des personnes sans symboles religieux apparents, d'autres portant un hijab, une kippa ou un kufi. Les auditeurs, manifestement acquis à la cause, ont défilé au micro.

L'un d'eux a apostrophé Charles Taylor. « Ce débat a été lancé par vous, avec le rapport où vous disiez qu'il fallait exclure cette dame de certaines fonctions », a dit le jeune homme en pointant Nadia Naqvi.

M. Taylor s'est défendu en disant qu'il prônait une « laïcité ouverte ». Si le rapport Bouchard-Taylor, dont il était le cosignataire, conseillait l'interdiction du port de signes religieux pour les fonctions coercitives, le philosophe est revenu sur sa position il y a plus de deux ans et n'est plus d'accord avec ce volet.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

« J'adore enseigner. Je n'ai aucune intention de dissocier les parties de mon identité. Je n'ai aucune intention de laisser mon travail. » - Nadia Naqvi, enseignante