L'homme atteint par balle lundi dans sa Bentley est mort

Selon nos informations, Samy Mokaddem aurait trempé dans... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Selon nos informations, Samy Mokaddem aurait trempé dans le prêt d'argent et la collection de dettes, se faisant parfois accompagner par un entourage intimidant lorsque venait le temps de récupérer de l'argent d'un débiteur.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

L'homme de 39 ans atteint d'au moins une balle à la tête alors qu'il était assis à bord de sa Bentley décapotable lundi, à Montréal, est mort des suites de ses blessures, a appris La Presse. Selon nos informations, Samy Mokaddem était maintenu artificiellement en vie depuis les événements survenus en plein jour, sous un soleil éclatant, vers 13h30 lundi, sur la rue Bélanger.

Un témoin a raconté avoir vu un homme portant un capuchon s'approcher, coller une arme près de la mâchoire de l'automobiliste puis tirer un seul coup de feu avant de prendre la fuite à pied. Une arme de poing a d'ailleurs été retrouvée, abandonnée sur le trottoir.

L'enquête, qui était effectuée par les membres de la section Crime de violence (CDV) de la Division Nord sera donc transférée aux enquêteurs des Crimes majeurs du SPVM. Cette affaire devient donc le 10e meurtre commis cette année à Montréal.

Selon nos informations, Samy Mokaddem, un ressortissant français sans statut au Canada, aurait trempé dans le prêt d'argent et la collection de dettes, se faisant parfois accompagner par un entourage intimidant lorsque venait le temps de récupérer de l'argent d'un débiteur.

Il dirigeait une entreprise d'investissements baptisée Investissements IJ Canada Inc., établie au centre-ville de Montréal. Dans son inscription au Registre des entreprises, il a déclaré que l'actionnaire principal de son entreprise était une firme établie à Montreuil-sur-Epte, petite commune française à une heure de route de Paris.

L'automne dernier, il a été arrêté par le SPVM pour intimidation et extorsion à l'endroit de plusieurs personnes, dont l'homme d'affaires Michel Strecko et une de ses connaissances, Daniel Leduc.

D'après des sources, Mokaddem serait proche de membres de gangs de rue de Montréal et aurait un lien familial avec une étoile montante du crime organisé montréalais. Récemment, il aurait fait part de son intention d'ouvrir un commerce de cannabis légal.

Mokaddem est le deuxième individu présumément impliqué dans le prêt d'argent à mourir sous les balles depuis le début de l'année. L'autre est Mario Macri, 44 ans, assassiné dans un bâtiment commercial de l'arrondissement LaSalle le 13 mars.

Le neuvième meurtre de l'année est celui de cette femme de 61 ans morte la nuit dernière dans l'incendie criminel de sa demeure, dans l'arrondissement de LaSalle. Le dossier est aussi entre les mains des enquêteurs des Crimes majeurs du SPVM.

***

Pour joindre Daniel Renaud, composez le (514) 285-7000, poste 4918, écrivez à l'adresse postale de La Presse ou écrivez à drenaud@lapresse.ca




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer