Source ID:8b8ef3ac80b53743b12f084c0e348a88; App Source:StoryBuilder

Soirées olé olé aux frais de SNC-Lavalin pour le fils de Mouammar Kadhafi

Saadi Kadhafi à Sydney, en Australie, en février 2005... (PHOTO TIM WIMBORNE, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Saadi Kadhafi à Sydney, en Australie, en février 2005

PHOTO TIM WIMBORNE, ARCHIVES REUTERS

VINCENT LAROUCHE
La Presse

Des danseuses nues, des films pornos et beaucoup, beaucoup, beaucoup de prostituées. Factures à l'appui, SNC-Lavalin et la firme de sécurité Garda World auraient participé à des achats peu orthodoxes afin de gâter le fils libidineux du dictateur libyen Mouammar Kadhafi pendant son séjour au Canada en 2008.

« On devait voir à sa sécurité, et ç'a dégénéré », a reconnu hier Isabelle Panelli, porte-parole de Garda World, en entrevue avec La Presse au sujet de la longue partie de débauche payée à Saadi Kadhafi lorsqu'il a traversé le Canada à l'invitation de SNC-Lavalin.

L'affaire a été exposée en détail pendant l'enquête préliminaire de Stéphane Roy, ancien vice-président contrôleur de SNC-Lavalin qui était accusé de corruption. Comme M. Roy a bénéficié d'un arrêt du processus judiciaire le 19 février, nous pouvons la raconter ici pour la première fois.

Dès 2015, Radio-Canada avait rapporté les propos d'un ancien cadre de SNC-Lavalin qui affirmait, dans le cadre d'un litige civil avec son ex-employeur, que l'entreprise avait payé des prostituées à Saadi Kadhafi.

Mais la preuve amassée par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et exposée dans le dossier de Stéphane Roy va beaucoup plus loin. Elle expose pour la première fois l'ampleur des dépenses impliquées et la façon dont elles auraient été comptabilisées ouvertement par les représentants de deux grandes entreprises québécoises. Elle dresse aussi le portrait d'un fils de dictateur qui, plutôt que de travailler à des projets de développement pour son pays comme il était censé le faire, se serait consacré jour après jour à l'achat de services sexuels.

Pas pour faire la charité

Saadi Kadhafi, qui était responsable des forces spéciales et d'un corps d'ingénieurs dans l'armée de son père, était considéré comme un partenaire important par SNC-Lavalin, qui a fait des milliards au fil des ans grâce aux contrats publics libyens.

« C'était de notoriété publique qu'on payait à Saadi Kadhafi, qu'on l'entretenait pour des raisons bien spécifiques, pas pour faire de la charité », a affirmé Riadh Ben Aissa, ancien haut dirigeant de SNC-Lavalin qui était responsable des projets en Libye et qui a témoigné à l'enquête préliminaire de M. Roy. M. Ben Aissa a lui-même été condamné en Suisse pour corruption en lien avec le régime Kadhafi.

Saadi Kadhafi était déjà venu au Canada en 2001, en 2005 et en 2006. Mais au début de l'année 2008, à l'invitation de SNC-Lavalin, il est venu s'installer pour plusieurs mois à Montréal et à Toronto. Il disait souhaiter en apprendre plus sur les pratiques d'affaires nord-américaines, perfectionner son anglais, rencontrer des maires et des politiciens.

Saadi Kadhafi disait travailler sur une zone de libre-échange, un « nouveau Hong Kong » dans son pays pour les investisseurs étrangers.

SNC-Lavalin a embauché la firme de sécurité montréalaise Garda World pour assurer la protection du dignitaire étranger pendant son voyage. « Le client SNC-Lavalin nous a mandaté pour la sécurité. C'étaient quatre gardes du corps qui étaient des contractuels pour ce contrat, pas des employés réguliers », a expliqué Isabelle Panelli à La Presse.

Saadi Kadhafi ne mettait jamais la main à sa poche, selon ce qui a été exposé au tribunal. Les gardes du corps auraient tout payé, souvent grâce à une « petite caisse » remplie par SNC-Lavalin, et ils auraient noté toutes les dépenses afin de renflouer la caisse ou de se faire rembourser, selon ce qu'a expliqué un enquêteur de la GRC venu témoigner en cour.

30 000 $ en services sexuels

La comptabilisation des dépenses tenue chez Garda et transmise à SNC-Lavalin pour paiement fait état de nombreux achats de services sexuels dans différentes villes canadiennes, selon la preuve présentée à l'enquête préliminaire. « Il y a à peu près trente quelque mille de montants versés pour des servies d'escortes », a expliqué à la cour le policier Paul Vincelette-de-la-Boessière, en détaillant les documents saisis par la police pendant son enquête.

Ce que les gardes du corps appelaient pudiquement des « services d'accompagnement » dans leurs rapports de dépenses pouvait coûter entre 600 $ et 7500 $ par séance, selon le contexte. Des factures de l'agence Carman Fox & Friends, à Vancouver, et conservées dans les dossiers saisis par la police, affichaient même l'image d'une femme nue. 

Carman Fox & Friends, qui se définit comme « le meilleur service d'escortes au monde », avait fourni à elle seule pour près de 10 000 $ en services à M. Kadhafi pendant un bref séjour sur la côte Ouest, selon ce qui a été déposé en preuve.

Les gardes du corps auraient aussi pris en charge des dépenses au bar de danseuses Club Wanda's, sur le boulevard De Maisonneuve, à Montréal, ainsi que toutes sortes de dépenses somptuaires comme deux bouteilles de Sassicaia 1998 à plus de 600 $ pièce.

Ils auraient ramassé la facture pour la location d'une loge au Air Canada Centre de Toronto à deux reprises, pour un match des Raptors et un concert des Spice Girls. Ils auraient aussi avancé des sommes de milliers de dollars à Saadi Kadhafi lorsqu'il avait besoin d'argent de poche. À l'hôtel, ils auraient payé sa consommation effrénée de films.

Selon l'enquête, toutes les notes de frais auraient été envoyées à SNC-Lavalin pour que la firme acquitte la facture. L'entreprise aurait attribué ces coûts à des projets de construction en Libye. La juricomptable Sophie Déry, qui a analysé l'affaire pour le compte de la GRC, n'avait jamais rien vu de tel dans une entreprise comme SNC-Lavalin.

« Je n'ai jamais vu dans ma carrière des comptabilisations d'escortes, des achats de biens de luxe, des vêtements, des sommes considérables pour des divertissements, des achats de films érotiques. » 

- La juricomptable Sophie Déry, au tribunal

« Ce sont des dépenses inhabituelles, il n'y a pas de raisonnement commercial logique », a ajouté Mme Déry au tribunal.

« Également, il y a les avances faites à M. Kadhafi, qui est une personne politiquement exposée. Ce ne sont pas des dépenses habituelles », a-t-elle ajouté.

Pas de problème pour dépenser

La facture du voyage de 2008 a atteint 1,95 million. Les vérificateurs de la firme Deloitte, chargés d'examiner les états financiers de SNC-Lavalin, ont posé des questions à ce sujet. « J'aurais besoin de comprendre comment Garda peut coûter si cher », a demandé un des vérificateurs dans un courriel produit en preuve.

Stéphane Roy lui aurait répondu que toutes les dépenses étaient justifiées. « J'ai les factures si nécessaires », précisait-il.

Dans son témoignage à l'enquête préliminaire, l'ancien cadre Riadh Ben Aissa a expliqué qu'il jugeait les dépenses justifiées à l'époque. « Quand vous avez des projets de 2,5 milliards et un potentiel de quelques milliards supplémentaires, la compagnie n'avait pas de problème à dépenser 2, 3 millions, 4 millions ou n'importe quel million », a-t-il expliqué.

À un certain moment, des gestionnaires chez Garda ont constaté ce qui se passait avec les gardes du corps contractuels embauchés pour ce contrat, et ils sont intervenus pour faire cesser certains comportements, affirme la porte-parole Isabelle Panelli.

« Oui, il y a eu des factures, ces choses-là. Ç'a mis tout le monde dans une drôle de situation. De nouvelles personnes ont vu ça et se sont dit : "Mon Dieu, ça n'a pas d'allure." Et il y a eu un resserrement de la gestion du contrat. Et on a perdu le contrat. Le client a changé de fournisseur », dit-elle. La plupart des gens qui étaient présents au début de cet engagement ne sont plus avec la firme de sécurité aujourd'hui.

« C'est pour ça qu'on en fait peu, du bodyguarding, aujourd'hui. Car c'est aussi un peu comment la personne veut vivre sa vie, mais ça nous met dans une position... c'est une fine ligne », souligne-t-elle.

SNC-Lavalin n'a pas voulu faire de commentaires sur ce dossier.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer