Après avoir déploré pendant des années le manque de ressources dévolues à son organisme, l’ancien responsable du logement social à Gaspé a été arrêté par l’Unité permanente anticorruption (UPAC) et accusé de vol, fraude, abus de confiance ainsi que de production et utilisation de fausses factures.

Vincent Larouche Vincent Larouche
La Presse

Daniel Samuel, 69 ans, de Gaspé, a été arrêté par les policiers mercredi. Il a été libéré sous promesse de comparaître en cour le 8 mars prochain. M. Samuel a dirigé l’Office municipal d’habitation de Gaspé jusqu’en 2017.

Le mandat d’arrestation déposé au palais de justice de Percé précise que les victimes flouées dans cette affaire seraient l’organisme qu’il dirigeait ainsi que la Société d’habitation du Québec, un organisme gouvernemental. L’accusé aurait notamment volé un tracteur à gazon, un balai mécanique et une débroussailleuse.

Il aurait aussi fabriqué de fausses factures qu’il aurait présentées à la Société d’habitation du Québec. Les sommes dont il serait question n’ont pas été précisées à ce stade.

Dans un communiqué, l’UPAC précise que les faits se sont étalés entre 2008 et 2020. Précisons qu’à partir de 2017, M. Samuel n’était toutefois plus en poste à l’Office municipal d’habitation.

Dès les années 1990, Daniel Samuel avait multiplié les sorties publiques pour réclamer plus de ressources pour le logement social à Gaspé.

« Ici, à Gaspé, il y a toujours eu une longue liste d’attente, mais de plus en plus la situation se détériore », déclarait-il au quotidien Le Soleil en 1993.

En 2011, il avait expliqué sur les ondes de Radio-Canada qu’il manquait 500 000 $ pour réaliser un important projet de logements abordables qui se faisait attendre.

Il a été impossible de joindre M. Samuel jeudi. Le nom de son avocat n’a pas encore été communiqué au greffe du palais de justice.