Une explosion survenue dans Griffintown dans la nuit de vendredi à samedi a fait trois blessés, dont deux employés d’Hydro-Québec. Des vitres et des portes d’un bâtiment à proximité ont éclaté sous la pression d’une forte déflagration survenue lors d’une intervention sur un panneau électrique.

Publié le 23 janv. 2021
Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

Le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) affirme avoir répondu à un appel pour un « incendie dans un panneau électrique » vers 3 h, au croisement des rues Ann et Wellington. De la fumée sortait alors de l’installation, ce qui a alerté certains résidants dans le secteur.

« En arrivant sur les lieux, on a constaté que la fumée provenait plutôt de l’entrée électrique, donc de la rue. On a donc communiqué avec Hydro-Québec pour faire ce qu’on appelle un déclenchement d’artère », explique le chef aux opérations du SIM, Daniel Girard.

À l’arrivée des équipes d’Hydro-Québec, il a été décidé d’ouvrir les conduits du panneau pour intervenir rapidement. C’est à ce moment qu’une explosion est survenue dans une chambre souterraine. « Ça a créé une déflagration à l’intérieur d’un bâtiment à proximité. La pression a fait s’éclater les vitres et les portes », souligne M. Girard.

Deux employés d’Hydro-Québec ont été blessés. Ils ont été transportés dans un centre hospitalier pour y être soignés en urgence, mais leur vie n'est pas en danger. Un pompier montréalais a aussi subi des blessures plus « légères ». Il a également été transporté à l’hôpital, mais davantage par mesure préventive.

Aucun citoyen n’était sur les lieux lors de l’intervention, vu le couvre-feu en vigueur entre 20 h et 5 h au Québec. On ne recense donc aucun autre blessé.

En matinée, samedi, le Service de sécurité incendie de Montréal procédait toujours à une « évaluation de structure ». Hydro-Québec fera aussi enquête sur cet évènement au courant des prochains jours, afin d’en déterminer les causes et les circonstances exactes.

« On ne connaît pas encore la cause l'incendie initial, indique un porte-parole de la société d'État, Jean-Philippe Rousseau. Chose certaine : de notre côté, on va collaborer avec tous les partenaires, dont la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). »

Un peu plus de 2100 résidants étaient toujours privés d'électricité dans le secteur en début de journée, samedi, dû à cette intervention. Hydro-Québec indique que le service sera rétabli dès que les pompiers de Montréal donneront leur autorisation.