« Où était l’urgence ? » À sa deuxième journée comme témoin à l’enquête publique sur la mort du Montréalais Pierre Coriolan au terme d’une intervention policière, le sergent Jimmy Carl Michon s’est fait poser cette question par le coroner Luc Malouin, jeudi matin.

Louise Leduc Louise Leduc
La Presse

Dans son appartement du Centre-Sud, « il [Pierre Coriolan] est assis. Il marmonne, seul, et il ne bouge pas. Il est à 15 pieds de vous. Qu’est-ce qui vous empêche de prendre une minute ? Y a-t-il un empêchement ? ».

Un silence de plusieurs secondes a suivi. Le sergent Michon, qui était responsable de l’opération le 27 juin 2017, a répondu : « Pas nécessairement, non. »

M. Coriolan avait un problème de santé mentale et le sergent Michon, du Service de police de la Ville de Montréal, s’est rendu chez lui avec cinq de ses collègues, ce jour-là. Au cours de l’intervention, qui a duré un peu plus de trois minutes, M. Coriolan a reçu trois tirs d’arme à feu, des décharges de Taser de 36 secondes au total, en plus d’être visé par une arme d’impact puis désarmé à coups de bâton.

Plus tard, après la pause du matin, en se faisant demander de nouveau pour qui M. Coriolan était menaçant à ce moment-là, le sergent Michon a alors fait valoir que rien ne lui garantissait que l’homme était seul chez lui et qu’il n’était pas dangereux pour autrui. Peut-être même était-il dangereux pour lui-même, en train de se pendre ou de se blesser avec son couteau, a ajouté le sergent Michon.

M. Michon a souligné qu’en bientôt 20 ans de carrière, c’était la première fois qu’il tirait sur quelqu’un. « J’espère que c’est la dernière. »

Bien que Pierre Coriolan soit alors tombé à genoux et que M. Coriolan (s’étant avancé d’un air menaçant, selon la version policière) ait été atteint à une distance d’un mètre, M. Michon, dans l’urgence, a expliqué s’être inquiété qu’il présente encore un danger.

PHOTO FOURNIE PAR LA FAMILLE

Pierre Coriolan

« À part à la télévision, je n’ai aucune image d’une personne qui se fait atteindre par balle. Je n’avais aucune certitude que je l’avais atteint avec mon 9 mm. »

S’il pouvait remonter dans le temps et planifier son intervention autrement, le sergent Michon y changerait-il quelque chose ? À cette question, il a répondu par la négative.

Les quatre policiers impliqués dans l’intervention et les deux autres qui en ont été témoins n’ont pas été accusés dans cette affaire.

Le témoignage du sergent Michon a duré près de six heures réparties sur deux jours. Même quand la vidéo de l’intervention (filmée par un voisin) a été diffusée, le sergent Michon est resté impassible. Il a cependant brièvement éclaté en sanglots quand a été jouée la bande où il s’est entendu appeler la répartitrice et lui demander, fortement ébranlé, d’appeler pour lui son commandant.

L’enquête se poursuit la semaine prochaine. Les cinq autres policiers seront à leur tour interrogés.

Un cas exceptionnel

En marge de l’audience, Yves Francoeur, président de la Fraternité des policiers, a dit que l’exercice en cours est important. Au terme de telles enquêtes publiques du coroner, des recommandations sont énoncées, obligeant le service de police et la Ville de Montréal à ne plus penser qu’« en termes de dépenses ».

Dans cette enquête, aucun des six policiers n’avait de formation en santé mentale. Le seul du poste 21 qui en avait une « était au lunch », a noté M. Michon.

Sans doute l’idée de formations plus nombreuses pour bien intervenir en présence de personnes présentant un trouble mental constituera-t-elle une des premières recommandations du coroner, a avancé M. Francoeur.

Il a rappelé qu’aussi regrettable que soit la mort de M. Coriolan, les policiers du Service de police de la Ville de Montréal répondent à 100 appels par jour concernant des gens en crise. Les interventions qui se terminent tragiquement sont exceptionnelles, a-t-il fait observer.

« On a besoin de plus d’intervenants sociaux, de plus d’infirmières dans la rue. »