Le conjoint de Jaël Cantin, une femme tuée jeudi matin à Mascouche, a été arrêté jeudi soir, selon une source policière.

Raphael Pirro Raphael Pirro
La Presse

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

Le conjoint de Jaël Cantin, une femme tuée jeudi matin à Mascouche, a été arrêté jeudi soir, selon une source policière.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Jaël Cantin

Les policiers avaient retrouvé un homme et une femme blessés à leur domicile, en présence des six enfants du couple, un peu avant 4 h du matin.

Ils avaient été transportés à l’hôpital, où la mort de Jaël Cantin, 33 ans, a été constatée vers 5 h 30. Son conjoint, Benoit Cardinal, a été traité pour des blessures mineures.

La Sûreté du Québec, qui a annoncé l’arrestation d’un homme dans la trentaine, n’a pas voulu confirmer le lien entre la victime et le suspect. « La loi ne nous permet pas de l’identifier tant que des accusations formelles ne seront pas portées contre lui et qu’il n’aura pas comparu », a souligné l’agente Éloïse Cossette.

Une source policière a cependant confirmé à La Presse qu’il s’agissait bien du conjoint de la victime.

Les proches du couple s’étaient exprimés plus tôt dans la journée, rejetant la thèse d’un possible meurtre intrafamilial.

« C’était le plus beau couple au monde. […] Ils ont fondé une famille magnifique, et Jaël était vraiment une mère exceptionnelle », avait révélé une personne proche de la famille, qui avait déclaré être « sous le choc » après la nouvelle du meurtre.

Jaël Cantin et Benoit Cardinal formaient un couple depuis le cégep, avait expliqué cette personne, qui a préféré taire son nom. Ils travaillaient tous les deux dans le milieu de l’éducation – elle en milieu scolaire, lui comme psychoéducateur dans des centres jeunesse.

Au cours de la journée, la SQ avait été avare de détails, se contentant de dire que « plusieurs hypothèses » étaient envisagées. On ignorait également la nature des blessures subies par l’homme et la femme.

La SQ avait cependant confirmé qu’il s’agissait bien d’un meurtre.

« Incompréhensible »

Robert David, un ami de longue date des parents de Mme Cantin, a été décontenancé par la nouvelle de la mort de la femme. « C’est absolument incompréhensible. Difficile de trouver une famille sans histoire qui s’aimait autant », avait-il dit, avant l’annonce de l’arrestation du conjoint de la victime.

« C’est le genre de famille qui était toujours ensemble, avait-il ajouté. Ils passaient tout leur temps ensemble. Ils allaient à Disney World. » M. David voyait le couple le plus souvent à l’occasion de rassemblements familiaux, environ une fois par année.

« Il n’y en a plus beaucoup, de ces familles de six enfants, avait-il noté. Six enfants désirés, voulus et aimés. C’est encore plus dramatique. Et ils se retrouvent orphelins de mère aujourd’hui. »

Six enfants

Les six enfants, âgés de 1 à 12 ans, étaient présents sur les lieux au moment des événements, survenus vers 4 h du matin. Ils ont été pris en charge par la SQ tôt en matinée. Ils ont quitté la maison après que les parents eurent été transportés à l’hôpital.

« C’est un aspect qui fait que c’est vraiment une enquête particulière. On ne vit jamais ça, avoir six enfants à la maison lorsqu’il se produit un meurtre, a souligné l’agente Cossette. On veut les rencontrer, mais agir avec la plus grande précaution, tenter de minimiser l’impact auprès d’eux. » La SQ a fait appel à ses deux chiens de soutien auprès des enfants, et des intervenants sociaux ont aussi été appelés au dossier.

« C’était une personne très attachante, énergique, toujours là pour les autres. Une mère formidable, aussi », a dit Caroline Salem en parlant de Jaël Cantin. Les deux femmes se sont connues il y a plusieurs années alors qu’elles vendaient des produits de beauté pour la même entreprise.

— Avec la collaboration de Daniel Renaud