Recherché depuis deux ans par la police montréalaise, l’influent néonazi Gabriel Sohier Chaput a finalement comparu mardi pour une accusation d’avoir fomenté la haine contre un groupe identifiable. Le Québécois serait devenu une figure de proue de l’extrême droite américaine grâce à ses écrits antisémites sur un média néonazi.

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

Arborant un foulard bleu et de petites lunettes rondes mardi pour sa brève comparution au palais de justice de Montréal, l’homme de 34 ans était loin de l’image du militant néonazi portant un bouclier noir lors du célèbre rassemblement de l’extrême droite américaine à Charlottesville en août 2017.

C’est la première fois que Gabriel Sohier Chaput se présente devant un juge depuis que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a lancé un mandat d’arrêt en novembre 2018. Il était recherché pour avoir volontairement fomenté la haine contre un groupe identifiable entre septembre 2016 et juillet 2018 à Montréal. Un crime passible d’une peine de deux ans de prison. L’organisation juive B’nai Brith avait porté plainte contre lui.

IMAGE TIRÉE D’UNE VIDÉO

Gabriel Sohier Chaput, qui se cache derrière le pseudonyme Zeiger, a participé au rassemblement des groupes d’extrême droite américains qui a eu lieu à Charlottesville à l’été 2017.

À partir de son appartement du quartier Rosemont, Gabriel Sohier Chaput serait devenu un influent auteur de l’extrême droite aux États-Unis. Le Montréalais aurait sévi sur le média néonazi The Daily Stormer, sous le pseudonyme de Zeiger, en écrivant régulièrement en tant que « nous, les honnêtes nazis ».

Depuis 2016, le prolifique auteur Zeiger s’en prend fréquemment aux Juifs américains, qu’il dépeint comme la source de tous les maux aux États-Unis. « Foutez le camp de notre pays, juifs », « les universités juives détruisent l’Amérique » et « les juifs sont en train de perdre le contrôle sur leurs serviteurs à la peau foncée », écrit-il notamment.

Gabriel Sohier Chaput est ainsi devenu l’une des principales cibles des militants antifascistes. Avant même ses démêlés avec la justice, en mai 2018, une centaine de manifestants s’étaient réunis dans le quartier Rosemont pour protester contre la présence possible de Sohier Chaput. Des affiches montrant son visage, son nom et son adresse avaient été placardés dans le secteur.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

En mai 2018, une centaine de manifestants s’étaient réunis dans le quartier Rosemont pour protester contre la présence possible de Gabriel Sohier Chaput.

En plus de publier de nombreux articles haineux, le site The Daily Stormer défend bec et ongles le président américain Donald Trump. « Sortez dans les rues. Ne vous rendez pas », peut-on lire en grosses lettres dans le bandeau principal du site web. « Nous avons notre armée. Maintenant, nous devons partir à la guerre », écrivait mardi le fondateur du site, le néonazi Andrew Anglin.

Le dossier de Gabriel Sohier Chaput a été remis au 15 février pour la forme. Il demeure en liberté jusqu’à son procès, pour lequel aucune date n’a été fixée. Il est défendu par Me Hélène Poussard.