Deux jeunes Lavallois ont été blessés par balles en pleine nuit près d’une école du quartier Vimont. L’une des deux victimes, âgée de 17 ans, a perdu la vie.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Jeudi vers 00 h 15, plusieurs coups de feu troublent la quiétude de Vimont, quartier résidentiel paisible de Laval. Alertée par des « bruits similaires à des explosifs », une résidente du quartier a aussitôt appelé la police. Elle habite à un jet de pierre de l’endroit où le meurtre s’est produit.

Au moins six coups de feu ont réveillé la mère de famille préférant ne pas s'identifier, qui pensait alors qu’il s’agissait de feux d’artifice. « J’ai ensuite entendu quelqu’un crier, puis une autre personne parler très fort. Je ne suis pas sortie, donc je n’ai rien vu. »

Trois minutes plus tard, les agents se rendent sur place, à l’intersection du boulevard Saint-Elzéar et de la rue Bédard.

Ils découvrent dans les modules de jeu du Parc-École des Explorateurs un adolescent inconscient et blessé par balle, décrit Evelyne Boudreau, porte-parole du Service de police de Laval (SPL). Il a été transporté à l’hôpital, où son décès a été constaté.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Une seconde victime de 18 ans se trouvait au parc. Le jeune adulte a également été atteint dans la fusillade, mais on ne craint pas pour sa vie. Il s’est entretenu avec les policiers peu après les faits, mais n’a donné aucun détail qui permettrait de localiser un suspect dans cette affaire. Il sera rencontré par les enquêteurs dès sa sortie de l’hôpital.

Les deux victimes ne sont pas connues des services de police.

La police évalue pour le moment deux hypothèses: celle d’une altercation entre les deux jeunes ou la présence d’une tierce personne dans cet évènement.

« Tout est encore sur la table », ajoute l’agente Boudreau.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

L’unité canine a déjà ratissé les lieux. Les enquêteurs sont actuellement sur place, assistés par les techniciens en identité judiciaire.

Dolorès Deschamps habite face au parc depuis 43 ans. Elle s’est rapidement rendormie après avoir entendu les bruits au cours de la nuit. « C’est très tranquille ici. Je pensais que les jeunes s’amusaient avec des pétards. J’ai appris aux nouvelles pour la fusillade et le jeune décédé. »

Il y a toujours des groupes d’adolescents dans ce parc passé minuit, dit-elle. « Ils fument, parlent fort et écoutent de la musique, mais ils ne causent pas troubles comme ça donc je suis vraiment surprise. »