Un pompier d’expérience de Marieville, en Montérégie, est accusé d’avoir agressé sexuellement deux jeunes adolescentes dans les années 2000 et 2010. Suspendu depuis son arrestation l’an dernier, Alexandre Russell fait maintenant face à sept nouveaux chefs d’accusation.

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

L’homme de 40 ans a comparu la semaine dernière au palais de justice de Saint-Hyacinthe. Il est accusé de contacts sexuels à l’égard d’un enfant de moins de 14 ans, de leurre informatique, d’avoir transmis du matériel sexuellement explicite à une personne de moins de 16 ans et d’agression sexuelle. Il a été libéré avec des conditions à respecter.

Selon la Sûreté du Québec, Alexandre Russell s’en serait pris à deux adolescentes entre le 1er septembre 2004 et le 30 juin 2005, ainsi qu’entre les mois de septembre 2013 et mars 2014 à Marieville. Déjà à cette époque, l’accusé travaillait comme pompier dans la petite municipalité de la Montérégie, puisqu’il a été embauché en février 2003.

Le pompier a été arrêté une première fois en octobre 2019 pour faire face à trois chefs d’accusation de contacts sexuels, d’agression sexuelle et de leurre informatique. Son arrestation est toutefois passée sous le radar. Une seconde victime a ensuite communiqué avec les enquêteurs du poste de la MRC de Rouville, ce qui a mené aux nouvelles accusations déposées le 29 juin dernier.

La Ville de Marieville a annoncé mercredi que le pompier municipal demeure suspendu jusqu’à la conclusion d’une enquête administrative. La Ville explique attendre des documents légaux pour prendre une décision dans ce dossier.

« Nos premières pensées vont aux présumées victimes et à leurs familles. De tels agissements ne reflètent en aucun cas les valeurs de la Ville et de ses employés et ces révélations viennent jeter un éclairage nouveau sur l’affaire. Les fautes alléguées sont graves et inadmissibles », a indiqué dans un communiqué le directeur général de la Ville de Marieville, Joël Bélanger.