L’homme abattu vers 8 hce matin dans le stationnement d’un centre commercial de Pierrefonds est le chef de clan de la mafia montréalaise Andrew Scoppa, a appris La Presse de diverses sources.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

Scoppa, 55 ans, aurait été atteint de plusieurs balles en plein visage alors qu’il s’apprêtait à entrer dans une salle de conditionnement physique située dans un petit centre commercial du boulevard Saint-Jean, près de la rue Harry-Worth.

Il semble que la victime était seule au moment où elle a été abattue. Des témoins ont vu un homme prendre la fuite en courant.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Andrew Scoppa

Andrew Scoppa est le frère de Salvatore Scoppa, assassiné lui aussi sous les yeux de dizaines de témoins médusés, dans le lobby de l’Hôtel Sheraton de Laval, en mai dernier.

Les deux frères Scoppa sont soupçonnés d’avoir commandité les meurtres de quatre personnes liées au clan des Siciliens en 2016, et pour lesquels quatre individus ont été arrêtées la semaine dernière dans le cadre d’une enquête baptisée Préméditer.

Selon nos informations, Andrew Scoppa aurait pu également être arrêté durant l’enquête mais la preuve aurait été jugée insuffisante.

Les enquêteurs de l’Escouade nationale de répression du crime organisé, qui ont mené l’enquête en collaboration avec leurs collègues des Crimes contre la personne de la SQ, des Crimes majeurs du SPVM et de la Division du crime organisé du SPVM, auraient en leur possession au moins une conversation entre Andrew Scoppa et l’agent civil d’information qui portait un système d’enregistrement, et qui a agi comme taupe pour la police durant l’enquête Préméditer.

Lutte de pouvoir

Selon la théorie de la police, les deux frères Scoppa ont tenté de profiter de l’affaiblissement du clan des Siciliens durement éprouvé par l’opération Magot-Mastiff qui a décapité le crime organisé montréalais en novembre 2015. Durant cette frappe, les deux chefs intérimaires présumés de la mafia sicilienne, Stefano Sollecito et Leonardo Rizzuto, fils cadet de l’ancien parrain Vito Rizzuto, avaient été arrêtés.

La police soupçonne les deux frères Scoppa d’avoir d’abord fait exécuter, le 1er mars 2016, Lorenzo Giordano qui sortait du pénitencier après avoir purgé une longue sentence imposée dans la foulée de l’opération Colisée de la GRC, et qui aurait pu représenter une menace pour eux.

Par la suite, c’est Rocco Sollecito, père de Stefano Sollecito et plus haut gradé dans la hiérarchie de la mafia sicilienne à ce moment, qui mourait sous les balles d’un tireur arrivé en moto, alors qu’il sortait de son condo du boulevard St-Elzéar, à Laval, en mai 2016.

Un autre événement de 2016 que les Scoppa étaient suspectés d’avoir commandé est l’enlèvement et les meurtres des frères Vincenzo et Giuseppe Falduto, car ils auraient pu eux aussi constituer un danger pour les Scoppa, selon la police.

La police croit que Salvatore Scoppa a été tué en mai dernier en représailles de certains de ces assassinats commis en 2016. Selon nos informations, la valeur du contrat qui avait été mis sur sa tête se serait établi à au moins 300 000 $.

Le meurtre ce matin de son frère Andrew pourrait avoir le même mobile, la vengeance pour les assassinats de 2016. Il a été tué de la même façon que Giordano, qui se rendait au gym lui aussi lorsqu’il a été abattu sous les yeux de sa conjointe en mars 2016.

Andrew Scoppa aurait été avisé à au moins une reprise par les policiers que sa vie était en danger ces derniers mois.

Le fait que son agresseur l’ai défiguré pourrait constituer un message de la part de ceux qui ont ordonné ce crime. Le chef de gang Ducarme Joseph avait subi le même sort en 2014.

« Il a dû baisser la garde car c’était quelqu’un de très alerte » a confié un ex-policier à La Presse.
« Il était le seul qui aurait eu la capacité d’affronter ses ennemis même s’il était isolé. Ceux-ci ont une épine dans le pied de moins » a-t-il ajouté.

Pour joindre Daniel Renaud, composez-le (514) 285-7000, poste 4918, écrivez à
drenaud@lapresse.ca ou à l’adresse postale de La Presse.