Les policiers seront très visibles, en fin de semaine, autour du pavillon Jefo de Saint-Hyacinthe, où se déroule depuis vendredi soir la 21e édition du Bike and Tattoo Show.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

Des membres des Hells Angels et de leurs clubs-écoles ou sympathisants sont régulièrement présents à cet évènement qui se déroulait autrefois à Laval, mais qui a déménagé dans la capitale agroalimentaire cette année, pour une raison inconnue.

La Presse a demandé aux organisateurs sur la page Facebook de l’évènement pourquoi il a été déplacé, mais personne ne nous avait répondu au moment d’écrire ces lignes.

Les policiers seront sur place, rue Beauparlant, pour enquêter sur les motards qui se rendront à l’exposition, prendre des photos des sujets d’intérêt et ainsi rafraîchir leurs albums de renseignement, surveiller l’évènement et intervenir en cas d’incidents.

Pas de vêtements à l’effigie des Hells Angels

Fait à noter, selon nos informations, contrairement aux années passées, il n’y aurait à cette 21e édition du Bike and Tattoo Show aucun comptoir de vente de vêtements à l’effigie des Hells Angels ou affichant un message d’appui au groupe.

Nous avons demandé pourquoi aux organisateurs, sans avoir obtenu de réponse. Selon une source policière qui a requis l’anonymat, cette décision aurait été prise par les organisateurs. « Il semble que de plus en plus d’organisateurs de ce type d’évènements ne veulent plus être associés aux Hells Angels ou avoir de la mauvaise publicité », affirme notre source.

En août 2017, des sympathisants des Hells Angels avaient installé un kiosque de vente de vêtements Support 81 sur le terrain de l’exposition agricole de Saint-Hyacinthe.

Le nombre 81 signifie les huitième et première lettres de l’alphabet, « H-A », pour Hells Angels.

Des journalistes avaient débusqué l’installation, et les responsables avaient démonté celle-ci et quitté les lieux, en raison de la pression populaire et du mécontentement exprimé par le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation de l’époque, Laurent Lessard.

***

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.