Source ID:; App Source:

Deux hommes plaident coupable à un meurtre survenu en 2016

Jermaine Gero, 44 ans, a plaidé coupable à une... (Photo fournie par le SPVM)

Agrandir

Jermaine Gero, 44 ans, a plaidé coupable à une accusation de meurtre non prémédité.

Photo fournie par le SPVM

Gilbert Nshimiyumukiza a été abattu d'une balle dans la tête devant son colocataire pendant un braquage mené par quatre hommes en avril 2016. Jeudi, deux hommes ont reconnu leur implication dans ce meurtre, à quelques jours du début de leur procès au palais de justice de Montréal.

Jermaine Gero, 44 ans, et Nikita Hunt, 29 ans, ont respectivement plaidé coupable à des accusations de meurtre non prémédité et d'homicide involontaire. Jermaine Gero écope automatiquement d'une peine d'emprisonnement à vie, dont il reste à déterminer la période d'admissibilité à la libération conditionnelle, tandis que son complice devrait se voir imposer neuf ans de prison si le juge entérine la suggestion des parties mardi.

Le meurtre remonte au 30 avril 2016. Les deux hommes et leur complice toujours en cavale Robertson Shamora entrent de force dans l'appartement de Gilbert Nshimiyumukiza sur la rue Grenet dans le quartier Cartierville. « Où est mon argent ? », crie Robertson Shamora, selon le résumé des faits présenté à la cour jeudi.

Jermaine Gero pointe une arme à feu vers Gilbert Nshimiyumukiza et force le réfugié rwandais de 30 ans de s'asseoir sur le sofa aux côtés de son colocataire, dont l'identité est protégée par la cour. Ce dernier devait d'ailleurs témoigner contre les accusés au procès.

Peu de temps après, un quatrième homme qui n'a jamais été identifié entre dans l'appartement et s'approche du colocataire. « Qui dit de la merde ? », lui lance-t-il, avant de lui asséner un coup de bâton de baseball sur la tête. Il réussit toutefois à se protéger avec son bras.

Cinq minutes plus tard, Jermaine Gero tire Gilbert Nshimiyumukiza dans la tête. Son colocataire est assis juste côté. Il croit alors que son heure est venue. Tout le monde fige pendant cinq secondes, puis les quatre assaillants quittent l'appartement par une fenêtre. Leur sortie est filmée par une caméra de surveillance à l'extérieur.

Deux mois plus tard, Nikita Hunt s'est fait prendre par les autorités avec l'arme du crime dans son sac. L'arme à feu était enveloppée dans un bandana tâché par le sang de Jermaine Gero. L'ADN du tireur a également été retrouvé sur un morceau de gant retrouvé à quelques mètres de la fenêtre de l'appartement.

Les deux hommes reviennent en cour mardi pour les observations sur la peine. Résident permanent, Nikita Hunt pourrait être déporté dans son pays d'origine en raison de son plaidoyer de culpabilité. C'est pourquoi le juge Michel Pennou a questionné son avocat Me James Dawson pour s'assurer que Nikita Hunt réalisait bien les conséquences de sa décision.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer